Breakfast club

Un petit clin d’oeil au film culte de John Hughes plus tard, parlons de routine matinale si vous le voulez bien.
Je suis une rapide du matin. Le genre qui préfère rester 5 min de plus dans son lit que dans la salle de bain, vu que de toute façon dans un cas comme dans l’autre : ON N’A PAS LA PAIX (faites des gosses).

Du coup au réveil, cela se passe comme suit :

1. Petit dej’

matin1

Je fais partie de cette catégorie à qui on ne peut pas adresser la parole AVANT. Limite autiste, je ne vois rien (le nez dans le bol) et je n’entends rien (les joues qui font crunch crunch). Autant vous dire que je ne serai jamais la famille Ricoré. Lire la suite

C’est génétique !?

Toujours avec ma comparse d’un jour (les discussions ont été fructueuses), entre 2 bouchées au Café Pinson et suite à ma révélation quasi mystique, on s’est interrogées : est-ce que la propension à tout garder, à s’encombrer d’un bric à brac “j’en aurais peut être besoin un jour” ne serait pas tout bonnement génétique ? de famille ? Innée ou acquise qu’importe, mais serait une tare familiale ?

Et dans mon cas : est-ce que ça saute une génération ? Ma maman est du genre à tout bazarder sans état d’âme, mais vous ai-je déjà parlé de mes grand-mères ?

D’un côté ma Mamie maternelle, qui a absolument tout conservé toute sa vie. La boite de Cracotte découpée/attachée par une pince à linge pour faire des listes de courses, les boites de glace pour faire des tuppers : bon ça c’est bien, décroissant on va dire. Mais aussi toutes les affaires de ma mère (plutôt cool pour les soirées étudiantes à thème seventies) des ancêtres, etc… C’est super quand on est enfant et qu’on y passe les vacances, mais une maison de 200 m2 blindée quand on n’est plus que 2 est-ce bien raisonnable ?
De plus elle collectionnait tout, mais TOUT : les porte-clefs, les timbres, les vieilles pièces, les sucres emballés dans des papiers avec des motifs… Ca a dû déjà légèrement déteindre puisque la première fois que je suis partie en grandes vacances, à la mer et en caravane, à 9 ans, j’ai emporté … ma collection de gommes !? Qui m’a évidemment bien servi comme vous vous doutez.

papi

(Souvenir de mon grand-père dans l’entrée, il était boulanger)
Lire la suite

Le “C’était mieux avant”

Dites, les plus anciennes, vous souvenez-vous de cette veste, là ?

E2

Ouiiii, la E2 pour la Redoute. Millésimée 2007. Ca fait une paie hein. Je l’avais eue en 2008. Des 120 € de départ, j’avais scoré à 15 ou 30 (avant qu’elle ne tombe à 1 € symbolique en quelques tailles sur Les Aubaines).
Je viens de remettre la main dessus et je la reporte. Cela me renvoie au tout début. Des blogs j’entends. Et on s’en partageait des bons plans de la sorte. Quasi toutes les blogueuses de l’époque se l’étaient procurée à bas prix : LE bon plan absolu ou presque. Il y en a eu quelques autres, les bonnes surprises avec la qualité et la coupe qui allaient bien chez les enseignes bon marché.
C’était un peu la marque de fabrique de la blogo, de dénicher ces coups là. Lire la suite

Minimaliste

Bon, OK, j’y vais un peu fort sur le titre. On en est encore loin, surtout au niveau de la penderie (même si j’ai remisé à peu près les 2/3 de mes chaussures, que je mets au fur et à mesure sur le vide-dressing).

minimaliste

Mais voilà la chambre à coucher. Les chevets ? Vides ou presque, une boite de mouchoirs, le livre en cours, une boite de boules Quies et basta. Que les choses dont on se sert pour dormir. Pas d’autres meubles ou chaises. Juste le dressing fermé contre un mur.
Et comme quand on vire “moins mais mieux”, on commence à ne plus voir que les objets qui restent, il devient d’un coup absolument nécessaires que ces derniers soient les plus parfaits possibles. Lire la suite

Désencombrer

C’est tout moi ça. Alors oui, je vous annonce avec tambours et trompettes que j’ai eu la révélation, que j’ai vu la lumière et tout ce qui va avec – rien de moins – et je vous plante, là, comme ça, sans nouvelles.
Et bien, ça me tient toujours. Je vide, je trie, j’organise, j’optimise. Ca me prend au minimum une de mes 2 journées de week end. J’ai quasi fini cuisine et salon, la salle de bain, le cellier (ouh là, gros chantier, le cellier), le dressing de mon mari. Je garde le meilleur (?) pour la fin : ma penderie et mon bureau (on va rigoler).

sdb

(la salle de bain : n’est à portée de main QUE ce qui sert tous les jours) Lire la suite

Epiphanie

Je ne sais pas trop par quoi commencer ce billet, j’ai peur que ce soit long et confus, et aussi de vous perdre en route. Et je serai peut être aussi parfaitement ridicule aux yeux de certaines pour qui c’est déjà totalement évident, tant pis.

simplicite

Bon, voyez les bouquins là ? Cela fait des mois (années) que j’en lis dans ce genre là, c’est dans l’air du temps et je ne dois pas être la seule. L’envie de simplicité, se détacher de la surconsommation, tout ça. Les expériences DeadFleurette et cie. Forcément, ça me parlait beaucoup, mais je restais prisonnière. Et surtout je ne suis pas extrémiste, je suis faite de compromis. La tolérance je crois est la valeur que je veux le plus mettre en avant. Je comprends les incohérences, et les apparentes contradictions des autres et de moi-même ne me choquent pas. Je crois que personne ne peut y échapper en fait, que cela fait partie de la vie et qu’il ne faut pas que cela nous empêche d’évoluer ou d’essayer de nouvelles choses. Le tout c’est d’avoir des valeurs certes, mais d’être tolérant envers les autres et soi-même. Lire la suite

L’hyper féminité

Aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais sentie “femme”. Fille, oui, pas de problème, mais femme, pas vraiment. Femme fatale encore moins.

Pourtant je suis loin d’avoir un physique androgyne, j’ai plutôt les courbes là où il faut. Est-ce que cela vient de mon gabarit plutôt petit ? Marilyn n’était pas bien grande non plus il me semble.
De la façon de m’habiller ? Je n’arrive pas je crois à associer plusieurs symboles forts : les talons hauts, la résille, le rouge à lèvre, la dentelle, la jupe crayon, les décolletés. Si j’en place un il faut que je casse “le reste” avec une paire de baskets ou un t-shirts. Look éternellement fille, ado parfois même.

gambette

(talons Peter Kaiser, collant Alexis Mabille pour Gambette Box, jupe en simili Vero Moda)

Alors le week end dernier, j’ai essayé. Oh, quelques minutes seulement, l’homme m’ayant accueillie avec les yeux ronds comme des soucoupes. Ce n’est juste pas moi. Les collants et les talons pourquoi pas, mais il aurait fallu une jupe patineuse, plus “fille”. La jupe crayon pourquoi pas mais avec des baskets et un sweat. La séduction premier degré, les symboles affichés, voilà, je n’y arrive pas.

Autant vous dire que je suis allée me changer fissa. Un bon vieux pantalon de jogging et hop …
Vous vous sentez féminine comment ? Enfin, “femme”, je veux dire ?

 

La blogueuse est-elle devenue snob ?

Tout cela est parti de l’annonce de la collaboration de H&M avec Isabel Marant, prévue pour le 14 novembre prochain. Sur Twitter et les blogs, 2 camps : les pro-démocratisation et les défenseurs de la qualité/prestige. En bref et pour la faire courte, certaines blogueuses regrettent la banalisation de la marque et particulièrement la suédoise Caroline qui dit “I want to buy Marant at Marant prices in Marant stores” tout en affirmant que la hype de la créatrice est en perte de vitesse.
Autant vous dire que ça a chauffé sec sur son blog, l’obligeant à revoir ses dires et à fermer ses commentaires*.

IMxHM

Personnellement et pour être franche j’ai commencé à me dire “chouette”, puis à revoir mon jugement en imaginant la queue et les scènes de dévastation, pour au final retrouver les pièces 2 heures plus tard sur eBay plus chères que des originales d’occasion. Bref. Attendons de voir. Lire la suite