Solaire ou de vue ?

Une fois n’est pas coutume tiens, j’ai besoin d’un avis.
Mais préambulons 2 secondes : comme je l’avais ébauché l’été dernier, je crois que je vais continuer d’investir dans la bézicle, rapport que je n’ai jamais supporté les lentilles et que le laser me fait flipper comme pas permis (pourtant a priori je suis tout à fait opérable…), et que finalement, utiliser son handicap comme accessoire à assortir, ça a son charme (dit celle qui a passé des années à ne changer de lunettes que tous les 3-4 ans…)

Du coup, je compile, et quand je tombe sur une bonne occasion je n’hésite pas à m’acheter une paire de lunettes.
Ce qui nous amène à la question du jour :

Persol.
Marque italienne donc. Que j’ai découverte et aimée lors de la pres’ du modèle affectionné par Steve McQueen et qui si on s’en souvient était largement bien trop grand.
Lire la suite

Me and my petit Antoine

Et bien voilà, je me dis en shopping ban de sacs, en shopping ban de chaussures et voilà qu’arrivent les ventes presse. Eclatant au passage et sans scrupules toutes ces bonnes résolutions.

Vente presse Jérôme Dreyfuss, arrivée sans qu’on s’y attende, 3 saisons qu’il n’y en avait plus. Que voulez-vous, ça ne se rate pas. Alors bon, le principe ne nous leurrons pas, ce sont d’écouler les collections précédentes. Donc de Bruno à franges, point. De Billy, très peu.
Ne pouvant m’y rendre qu’à 13h, le choix était donc déjà limité.

Et j’ai beau le savoir, je souffre du syndrome : « je suis venue à une vente presse où tout est bradé, m’en fous, IL FAUT que je reparte avec quelque chose ».
Même si  : ça me plait moyen / c’est pas ma taille / c’est encore hors de prix quand on y pense (biffer la mention inutile, quoi que les 3 peuvent cohabiter)
Enervant, comme syndrome.
Qui fait faire pas mal de conneries, aussi.
Remarquez je ne dois pas être la seule vu la queue qu’il y avait lorsque je suis sortie (tiens d’ailleurs il m’a semblé y apercevoir Romane Bohringer, l’air un poil dépitée de tout ce monde)

C’est donc après avoir tatouillé du Franky, revu des petits Louis, manipulé du Polo en python que j’ai finalement opté pour un petit Antoine, un kaki avant de réaliser qu’il restait du violet.
J’ai toujours voulu un sac violet.
C’est rock un sac violet. Si si, j’insiste. Du mauve : nan, c’est gnangnan, mais du violet…

Et contre toute attente, moi qui n’avait jamais calculé, ni Tom, ni Antoine – trouvant Tom trop gros pour mon gabarit et Antoine trop petit – et ben je suis emballée ! C’est un des Dreyfuss les plus pratiques. La contenance est tout à fait honorable, la bandoulière pile à la bonne taille et le système de fermeture top ! Je n’en dis pas plus, je vais en faire un TDMH.

PS : Stay Tuned, dès la fin du GROS concours je vous montre ce qui je crois est ma plus belle paire de chaussures… A fond dans le futile ce blog cette semaine ! (oui bah en même temps c’est un peu la ligne directrice…)
Et à fond dans le vide-dressing pour renflouer les caisses, on fait tourner !

Et le GROS concours et l’invité mystère alors ??? Hum ?
Et bien comme tout invité de marque, il se fait désirer… Rendez-vous donc ici à 14 h.
Un indice ? Et si je vous dis que ce billet tout entier en est un, d’indice ?

Shopaholic…

On est le 11 novembre midi lors de la rédaction de ce billet. Y’a la fanfouille du village qui me claironne La Marseillaise de la mairie au monument aux morts et ça passe juste sous ma fenêtre.
Je voulais me mettre à la rédaction du drive-test du Lune de Vanessa Bruno, le premier sac de la nouvelle rubrique (le prochain sera sans hésitation le Billy) mais pas moyen de me concentrer.
Y’a pas
Peux pas
Pas avec une Marseillaise fanfarouillée.

Du coup petit billet « liste » si vous le voulez bien façon :

– Hi, I’m Wal’, and I’m a shopaholic…
– Hi, Wal ‘ !

Je me suis rendue compte ces derniers temps que j’avais dépassé quelques limites… Genre :

– Je connais mon numéro de CB par coeur. Avec la date d’expiration. Et les 3 chiffres au dos. Du coup je n’ai même plus besoin de farfouiller dans mon sac à main pour shopper en ligne…. (ce qui est bien pratique quand on est dans le canap’, écrasée par un Bump)

– Lorsque je me connecte à Ebay, j’ai le message suivant : « Vous faites partie de nos meilleurs acheteurs, venez découvrir la nouvelle version bêta de « Mon Ebay » « .

En effet, si je regarde l’onglet qui fait la somme des achats sur les 3 derniers mois, c’est à la limite du terrorisant…

– J’ai le numéro de la boutique Jérôme Dreyfuss ENREGISTRE dans le répertoire de mon portable… *

– Je suis capable – à l’étranger – de mettre mon réveil à 4h du matin pour ne pas louper une vente privée à laquelle je tiens particulièrement

– Je suis capable d’acheter en ligne DEUX paires de chaussures de tailles différentes, pour savoir quelle pointure me va. Mais comme ce sont deux modèles différents et bien je garde les deux, quitte à mettre des semelles.

– J’ai compté 8 boites contenant des chaussures que je n’ai encore jamais mises (pas ma faute si j’ai terriblement enflé des pieds ces derniers mois)

– Je tombe sous la coupe du grand méchant Shopping Ban dès le 3 du mois en cours…

Ca se soigne ?

* : authentique…. mais ça s’explique, j’y avais laissé par mégarde un sac avec une paire de Maloles, quand je suis retournée à la boutique, elle était fermée. J’ai du enregistrer le numéro pour appeler plus tard le vendeur et lui demander de garder précieusement mon sac shopping le temps que je repasse….
Ceci dit, vous savez quoi ? ben c’est bien pratique…

Goodie Bag : des nouveautés dans le vide dressing avec notamment pleins de bijoux (N2, Les bijoux de Sophie, Stella Forest et Agatha 😉 )

D’ailleurs en passant, bien le bonjour aux lectrices de Elle.fr (quand je vous disais que les vide-dressings c’était LE phénomène de la rentrée…)

Annabel Winship pour André

Annabel Winship, vous connaissez ? Mais si, si vous suivez ce blog depuis quelques mois, cette créatrice avait créé un de mes plus sérieux fashion dilemmes : deux paires de chaussures, une à renvoyer… c’était là.
Moralité qui a pris la tournure suivante : « Si tu hésites, prends les deux ! »

J’ai donc effectivement gardé les deux paires et vendu pour compenser une paire avec un talon de 10 d’un créateur beaucoup moins sensible à notre pédi-confort.
Mais sachez que l’histoire ne s’arrête pas là.

Début septembre, salon du prêt à porter Paris. Annabel que je ne connais pas encore mais qui est déjà ma copine, y est présente avec ses nouvelles collections. 
Je me présente et tends une carte de visite (je suis une blogueuse organisée… si si)
Et là Annabel s’esclaffe façon « mais vous êtes la folle dingo qui prend ses chaussures en photo ! »
Voui.
On peut voir ça comme ça.

Sachez qu’Annabel est comme ses chaussures : simple et haute en couleur à la fois. Le contact et le tutoiement facile, Annabel est effectivement ma copine.
Figurez-vous que mon billet en question avait fait sa journée lors de sa parution….
Du coup on papote et je m’installe carrément dans son stand pour essayer les chaussures. Façon Miss SansGêne (et histoire de ne plus devoir commander 2 paires pour voir laquelle va). Je craque sur les Richelieu et les bottines à boutons.
On se quitte avec la promesse que je vienne la voir dans son atelier parisien. Chose qui comme vous le savez devra attendre un petit peu. Post Bump quoi.

Lire la suite

L’influence du marketing…

…sur les esprits faibles.

Petit conte moderne :
Il était une fois un couple de jeunes trentenaires. Bien installés, de jolis meubles chinois, une vaisselle asiatique, de bons petits plats pour recevoir le parrain de la demoiselle dame. Tout mignon, tout bien. Jusqu’au café.
Heu.
« La tasse d’eau au micro-onde et le café soluble (Carrefour) ça ira ? »
« On a le choix ? »
« Non »

L’art de recevoir comme on dit.

La semaine suivante notre petit couple s’en est allé à Lyon, visiter un couple d’amis. De jeunes trentenaires, bien installés, de jolis meubles chinois, etc… Tout mignon, tout bien. Jusqu’au café.
« expresso ? voluto, déca, plus corsé ? »
« On a le choix ? »
« Oui »

Et d’aller se balader jusqu’au nouveau magasin Nespresso, rutilant qu’on dirait un Starbucks, et même qu’on peut y déguster les différents parfums (12, qui y’en a), TOUT pour vendre un maximum de capsules (à 33cts le café).
Et de repartir de Lyon avec la carte de parrainage qui offre 70 euros sur l’achat d’une machine Nespresso.

………………………..
Vous voyez où je veux en venir….
On a tenu exactement 5 jours. Juste le temps de se dire, oui mais la machine la moins chère est quand même à 150 euros, ça fait 80 euros le bidule c’est trop cher.
Pour un jouet.
C’était sans compter SuperWalinette, qui furete, fouine et dégotte un plan pour avoir la Krups (ou Magimix) à 11 euros (version manuelle) ou 30 (version automatique).
Et en parallèle elle fût chargée par son Zhom d’aller acheter de la capsule lors de son séjour à Paris, n’étant pas assez chargée de sacs estampillés « soldes », telle une mule elle a ramenée 1,340 kgs de café (c’est marqué sur la facture…)
11 euros de machine, 80 euros de capsules.
C’est comme les aspis ce truc là, ils se font la marge sur les sacs.

C’est LA tout le paradoxe de notre société de consommation : on crie au scandale devant le machiavélisme des marketeux à la solde des marques, tout en étant consentants et parfaitement disposés à tomber dans leur piège. Mieux : on en redemande. De ce genre de jouet pour adulte.
‘tain ils sont forts chez Nestlé…

PS : comme je ne voudrais pas être la seule à tomber dans le panneau, je vous livre le plan en question, attention validité limitée, fonctionne encore vendredi 4, à tester donc :
Il s’agit déjà de se rendre sur le site des 3 suisses, et de rentrer la ref de la machine du catalogue papier été, genre :

8536304 pour la Krups couleur Or
8532034 pour la Magimix violette

Entrer le code Chouchou : 19844 (-75 euros pour 149 euros d’achat) ou encore 68551.
Bien vérifier la disponibilité immédiate de la machine (cela peut varier de jour en jour 😉 ) car il faut que la facture date d’avant le 12 juillet et il faut renvoyer les papiers avant le 2 août, prendre impérativement la livraison en relais.
On est donc là à 81 euros avec les fdp. A avancer.
Il faut maintenant récupérer un bon de remboursement de Nespresso.
Soit vous prenez le bon dispo pour tous ici. Bon de 50 euros, ce qui vous fera la machine à 31 euros. Soit vous trouvez un parrain qui peut vous transmettre un bon de 70, auquel cas cela la fera à 11 euros, remboursement sous 6 à 8 semaines.
Les parrains ne sont pas limités en filleuls, vous pourrez en trouver sur ce forum (il s’agit bien d’un bon de 70 pour le filleul cette saison, la liste des parrains est toujours valable). Pour ma part je ne peux vous parrainer car mon entrée au club est trop récente.

PPS : Ah oui et à part ça, le café est tout de même pas mauvais du tout… Machine à 19 bars. Il paraît que la Senseo c’est de la gnognotte à côté. Sais pô, j’ai pas essayé.

Dans la famille Grateur…

… je demande la fille.

Figurez-vous qu’il y a un truc qui m’est revenu pleine face l’autre jour alors que je l’avais totalement occulté pendant des années.
J’étais assise à un dîner familial, quand une de mes cousines, prise d’une urgence toute féminine, a dû demander à sa mère de lui gratter le dos.
Chose qui a laissé mon Zhom comme deux ronds de flan.
Et oui, chez lui ça ne se faisait pas.

C’est comme ça que j’ai réalisé : il y a des familles dans lesquelles on gratte, et des familles dans lesquelles on ne gratte pas. Limite si ce n’est pas considéré comme déplacé.

Observation qui a eu deux conséquences :
– je me suis souvenue que moi aussi, ado, nous nous grattions le dos avec ma mère. Rituel de salle de bain. (ben quoi, les singes le font aussi non ? ah non, ils s’épouillent….)
– depuis mon dos me démange furieusement

Dès lors j’essaie d’initier le Zhom a cette pratique. Sans succès je dois dire. Car vu que de son côté il n’est pas enclin à la gratouille pour son propre dos, il est d’une part assez réticent, et d’autre part très pauvrement équipé. Pas d’ongles, le bougre. Du coup soit ça frotte, soit ça griffe. Ce qui me fait m’interroger : est-ce une pratique purement féminine ??

Et jusqu’au 15 juillet, date de la prochaine écho, mon foyer n’est a priori pas pourvu en sexe féminin autre que moi (et Le Microbe, mais je ne suis pas convaincue qu’il soit bien disposé non plus) et je dois vous avouer quelques réticences à me munir de ce qu’on appelle communément « gratte dos » et qui se trouve dans le catalogue de tout bon VPCiste qui se respecte. (ce qui me fait dire que je ne suis pas la seule issue d’une famille à gratouillis)
Du coup j’oscille entre l’utilisation déviante de ma brosse à cheveux et le tartinage de crème de huit heures (royal contre les démangeaisons).
Vie cruelle.

Allez, dénoncez-vous, QUI gratte ??

Merdouilles-addicts anonymes

« Hi, I’m Wal’, and I’m a « merdouilles »-addict « 
« Hi, Wal’ ! »

J’aurais pu dire « junk-addict », ca aurait marché aussi….
Je crois que j’ai – comme beaucoup de filles ceci dit – une propension certaine à ramener de chaque week-end – voyage – visite un zillion de merdouilles totalement indispensables cela va s’en dire, afin de se remémorer à jamais le « week-end – voyage – visite »…
Seulement voilà, non seulement je tombe dans le piège marketing du gift-shop à fond, mais en plus l’accumulation de merdouilles :
– ca coute cher (au final…)
– ca encombre

Donc avec le Zhom, on a passé un pacte, tout droit dans la lignée des mathématiques du shopping style 4 robes H&M = une robe Claudie Pierlot, j’ai nommé : acheter moins pour acheter mieux (et durable aussi, parce que la merdouille à cette particularité de finir bien souvent chez Emmaus, quand ce n’est pas direct à la poubelle, nan sérieux, le pagne en feuille de bananier hawaien c’est marrant sur le coup, mais un mois après par -5, meeeeuufff)

En même temps aux Etats-Unis c’est comme pour la bouffe… QUE de la merdouille.
Et faut avouer qu’ils sont SUPER forts en marketing et gift-shops.
Y’a qu’à regarder Disneyland.

Donc je me restreints à un seul item, j’ai nommé : LE MAGNET (et encore, la-bas ils ont des magasins ENTIERS, rien que de magnets….)
Ouaip… j’appelle pas ca une collection, parce que j’aime pas les collections. Mais force m’est d’avouer que je dois en avoir une boite à chaussures du monde entier quelque part en France, et que si je veux mettre tout ca sur le frigo j’ai intérêt à investir dans le modèle XXL américain…

Si c’est pas malheureux ca… magnet addict…

Rassurez-moi un coup, vous aussi vous êtes accrocs aux merdouilles ??

PS : Au fait, je vous ai pas dit, mais j’ai déjà perdu 2 kgs sur le surplus de 3,5… Comme quoi, rien que de revenir à une alimentation normale… Ceci dit m’est avis que c’est le dernier qui va m’en faire baver…
PPS : Ahem.. pis le magnet « domino’s pizza » avec la roulette-menu, c’est mortel… Quand je vous dis qu’ils sont forts ces ricains…

série-holic anonymes…. toujours

« Hi, I’m Wal, and I’m a series-addict »
« Hi, Wal ! »

yep, toujours, ca n’a pas changé depuis ce billet-ci. Vois pas comment ca pourrait s’améliorer d’ailleurs car samedi, en allant au mall, on a trouvé ca :

hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

n’est-ce pas :-)
La 6ème saison de 24 et la 2ème de « My name is Earl ».
Maintenant ils peuvent nous griller le satellite : m’en fous.

On a attaqué par 24, c’est un peu plus mou du genou que d’hab je trouve (forcément, 20 mois de taule en Chine ça l’a un peu calmé le Jack), pis bon c’est toujours un peu les mêmes recettes qui reviennent, limite il faudrait regarder que la première saison et faire l’impasse sur les autres, elle arrache quand même.. la première. Mais bon, on n’est addict ou on ne l’est pas.

Tant que j’y suis voilà un petit topo sur ce qui passe au Mexique (comme séries américaines, je vous passe les telenovelas latino-américaines parce que bon… comment dire : bof) et sur ce qui nous attend :

Lire la suite