Céline Mahieux et ses pythons

Il y a dans la vie des rencontres. Bonnes, mauvaises, heureuses, inopinées.
Et il y a des rencontres tout simplement belles, chaleureuses, authentiques.

Mais je vous raconte.

Il y a quelques mois, je reçois un petit mail d’une toute nouvelle créatrice qui très simplement et gentillement me demande si – éventuellement – je pouvais jeter un oeil à sa collection…
Pourquoi moi ? me direz-vous, et bien par le lien de l’expat et l’entremise d’une blogueuse en Chine.
Car la demoiselle vit depuis un moment en Asie. Chine, Japon et désormais Indonésie.

Et quand on s’est frotté quelques années aux vers à soie en brochettes ou autres taxi Santana* fous, et bien même si on ne se connait pas, ça tisse des liens.
(* Volkswagen… le modèle d’un taxi sur deux…)

Le nom me disait quelque chose : Céline Mahieux. En effet, Deedee l’avait rencontrée – tout pareil par le biais de connaissances communes - quelque temps auparavant.
Et son truc à elle, c’est le python. Rien que le python. Une vraie amoureuse de la matière, des écailles, de la façon dont la peau vieillit (très bien, contrairement à ce qu’on pourrait penser, elle s’assouplit et les écailles résistent parfaitement).

Du vrai python d’indonésie dont elle tient à travailler la gorge, là où les écailles sont les plus larges. Gorge qu’elle s’ingénue à mettre en valeur le plus possible.
 celine2

celine1

Les modèles sont simples, justement pour valoriser la peau. Et même si elle n’en fait pas un argument marketing, elle travaille dans un soucis de commerce équitable. Elle vit sur place, en Indonésie et travaille avec une famille pour la réalisation de ses modèles. Le temps a une autre échelle, elle vit dans l’atelier, s’assied, prend le temps de discuter avec les ouvriers.
Le profit, l’intérêt ne sont pas son moteur. Elle souhaite juste pouvoir vivre décemment de sa passion : cette peau magnifique. La qualité est un souci majeur, et je peux vous dire qu’on sent la différence, surtout en cette période où tout le monde s’y met et nous colle des morceaux de python juste sur un rabas en doublant le prix. 

celine3

Nous avons passé 3 heures à bavarder sur Skype, comme de vieilles copines, la première fois. Avant de nous rencontrer en juillet dernier.

celine

Je suis vraiment tombée amoureuse de ses pochettes et de ses dernières créations : un tout en un en cuir mat magnifique et une pochette plus masculine, ainsi que la pochette Rigi, en bicolore.
Et plus encore, par l’humanité qui se dégage de cette fille.

(Je vous en reparle bientôt. Je lui ai d’ailleurs emprunté ses pochettes pour un TDMH.)

celine_pochettes

Et où on les trouve, ces magnifiques petites choses ?
Et bien à ma connaissance :
- A l’espace des créateurs, 7 Rue Commines 75003 – 01 42 78 44 63 – M° Filles du Calvaire
- au showroom de la société Sacdeluxe (qui ne fait pas que louer, qui vend parfois aussi)
- ou bien encore directement auprès de la créatrice.

Goodie Bag : retour sur le test Clinique du billet d’hier. Pour info, du 21 septembre au 3 octobre il y a une opération “Satisfait ou 100% remboursé”.

Je cite le communiqué de presse :

Dans le cadre d’une utilisation conforme aux conseils figurant sur les notices des produits, cette offre est valable pour l’achat du Programme Beauté Basic 3 Temps* Clinique du 21 septembre au 3 octobre 2009, dans les parfumeries de France métropolitaine participant à l’opération et réservée aux personnes physiques majeures.

Vous disposez d’un délai de 2 mois (à compter de la date d’achat) pour retourner les produits du Basic 3 Temps dont vous n’êtes pas satisfait.

Les retours sont à effectuer à Clinique Laboratories –
Service Consommateurs 17, rue du Faubourg St Honoré – 75008 Paris.

Les frais d’expédition ne sont pas remboursables. Les produits doivent être renvoyés dans leur emballage d’origine et accompagnés du ticket de caisse avec la date d’achat, d’un RIB ou d’un RIP, ainsi que du motif de votre insatisfaction.

Le remboursement s’effectuera par virement bancaire adressé à la consommatrice ayant acheté les produits. Il sera effectué dans un délai d’un mois après réception des produits par notre service.

Goodie Bag 2 : j’en parlais hier, VP Agatha ce matin

29 commentaire pour “Céline Mahieux et ses pythons

  1. C’est de là que vient ta superbe manchette ?

    Les modèles sont sublimes, ça donne très envie mais je redoute un peu le montant sur l’étiquette…

    Tu peux nous donner l’ordre de grandeur, please ?

  2. j’adore ce qu’elle fait, je l’avais découvert à l’époque de l’article de deedee et depuis je suis fane.
    Longue vie à celine, aux pythons et a ses créations ;)

  3. Pauvres bêtes…
    leur retirer la peau pour orner celle des femmes…

    Je n’ai rien contre cette créatrice en particulier, mais quand comprendra-t-on que tuer des animaux au nom de la mode, aussi futile soit elle, est un acte inhumain ?

  4. Les modèles sont très jolis, simples mais classes je trouve.
    Par contre, le python je peux pas. J’ai une phobie des reptiles, vivants ou morts et toucher cette peau me donne déjà des frissons………

  5. Walinette où l’art et la manière de nous retourner comme un flamby!! Pour moi le serpent c’est…disons, euuurkkkkk, rien que d’y penser j’en ai la chair de poule.
    Mais je suis étonnée de ce désir qui me prend en regardant quelques une de ces créations!
    Chapeau madame Mahieux!!!

  6. Je ne veux pas faire ma rabat-joie, mais je suis d’accord avec titite. C’est quand même horrible de faire des vêtements et des accessoires de mode (aussi beaux et tendance soient-ils) avec des peaux de bêtes… surtout quand les nouvelles technologies permettent de développer des matières qui imitent parfaitement bien les peaux et fourrures de bêtes.

    Félicitons quand même la demoiselle pour sa démarche éthique.

  7. @ Anne-clotilde : et oui !! il y avait un petit problème de fermoir avec ce prototype, je ne sais si Céline a eu le temps de retravailler dessus (parce qu’elle est trop belle, cette manchette !)
    Pour les prix, dans le circuit de distribution classique, ça doit tourner entre 200 et 500 euros pour les pochettes il me semble, moins pour les petits accessoires, plus pour les sacs. Mais tu peux lui demander directement ;-)

    @ Stellou : tu possèdes un modèle ? les finitions sont tops et la qualité extra

    @ Titite : je comprends ton point de vue, mais partant de là on ne doit utiliser que des fibres végétales et être végétariens ? Dans certains pays, les serpents sont utilisés comme viande également

    @ un petite : à ne pas approcher de trop près ! :-)

    @ Lisou : pourtant c’est une matière très agréable au toucher. Douce et chaleureuse

    @ Tina : et tu ne les as pas encore touchés ! là tu es sûre de craquer

    @ Eglantine : le problème est plus complexe… Déjà : non, on n’imite pas parfaitement, les matières synthétiques n’ont rien à voir.
    Ensuite, c’est – je pense – une réflexion de pays riches. Bien sûr, dans le fond on ne peux qu’être d’accord, mais supprimer une telle industrie revient à supprimer des emplois dans des pays déjà bien touchés par la misère. Le commerce du python est de plus très surveillé, certains serpents sont également élevés pour leur viande… bref, je me répète, c’est très complexe et je ne me permets pas pour ma part d’émettre un jugement de valeur.
    J’aime la créatrice, sa démarche, ces modèles : j’en parle

  8. Céline travaille aussi le dos des pythons (d’élevage), qui est également utilisé dans ses créations. A souligner : la trés belle qualité de peaux contrairement à un d’autres créateurs.
    Ce qui frappe chez cette jeune femme c’est son humanité,comme tu l’as souligné. (J’ai eu la chance aussi de la rencontrer en juillet à Lyon … )
    Un regret : dommage que la qualité des photos ne rendent pas grace au travail de Céline. Mais je sais combien il est difficile d’obtenir un bon cliché quand on n’est pas photographe (et je sais de quoi je parle, moi, la nulle en photo.

    N.B. : c’est lors d’une rencontre à Paris,avec quelques blogueses- Deedee, Marie chronique blonde, trendy mood..- que les lectrices des blogs ont pu apprécier les créations de Céline Mahieux.

  9. Concernant les prix boutique : pour la pochette Java par exemple. Elle était proposée à 600 € chez Solis à Lyon (boutique où les lyonnaises trouvent Martin margiela; Iseey Miyaké…)

    Je posséde entre autre la pochette Java. Inutile de préciser que je connaissais déléà ses créations pour en avoir parler depuis un moment. Zut, je l’ai précisé. ;-)

  10. @ Stephanie : oui, le dos, pour avoir les motifs si particuliers (par ex sur la 1ère photo, la bande du modèle en haut à gauche et le dernier en bas à droite, sont réalisés avec le dos)
    En revanche, elle avait particulièrement insisté sur sa préférence pour la gorge, là où les écailles sont les plus larges et sur le fait qu’elle n’utilisait pas les chutes pour justement valoriser cette partie.

  11. ooooh depuis le temps que j’attendais cet article :) et oui, je suis tombée A-MOU-REU-SEU de ta manchette en python… Pour les sacs je trouve que ça fait too much (pour mon style quoi) mais en pochette j’aime assez.
    En tout cas ça fait plaisir de voir une créatrice qui fait ça par envie et qui s’épanouit dans son boulot sans les contraintes liées aux structures occidentales…

  12. C’est vrai : la gorge, c’est la plus belle partie et Céline en parle avec passion.
    Oui c’est génial que nous soyons nombreuses à en parler. :)
    Je compte sur toi pour faire le buzz, espéce d’influente, va ;)

  13. J’aime pas le python…bon en vrai j’ai peur de ces betes là vivantes ou mortes ça me fout une trouille bleue pas possible!
    Mais je dois avouer que les créations de Céline sont absolument splendides! ça me donnerait presque envie de changer d’avis dis donc. J’aime beaucoup beaucoup le sac couleur chocolat avec le gros devant!!!

  14. Je craque complètement, ces pochettes sont à tomber !!!J’en veux une maintenant c’est malin !!! Lol …
    J’ai trouvé mon bonheur à la VP Agatha, entre autre un gros bracelet en forme de boucle de ceinture trop canon, je suis ravie …
    Bisous

  15. oh j’avoue que j’aume beaucoup, pourtant je ne suis pas une dingue de peau de serpent. J’apprécie sa démarche de travail, ayant moi-même vécue en Asie, j’ai pu voir, notamment au Laos et Cambodge, que c’est grâce à certains expatriés passionés que l’art et la culture étaient remises au gout du jour. Et non seulement les pérnniser, mais permettait aux habitants d’en vivre et de perpétuer leur art.

    Les sacs me plaisent, les couleurs et j’aimerai bien tater ce cuir. Autant je n’accroche pas avec les Dreyfuss, autant ces sacs pourraient me faire craquer.

    J’attends qu’elle ouvre sa boutique en ligne avec impatience.

  16. je suis de retour de vacances et j’ai des billets en retard donc chouettes lectures en perspective…..
    Bravo pour ce reportage, les sacs sont magnifiques, j’aime beaucoup les noeuds!

  17. Les pochettes je n’en raffole pas, en revanche j’aime beaucoup ses sacs, surtout avec les noeuds, mais ça doit être hors de mon budget…

    Très belle découverte Walinette!

  18. J’ai eu l’occasion d’échanger plusieurs mails très sympathiques avec Celine Mahieux (entre autre parce que j’ai longtemps vécu en Indonésie et que mes parents y sont toujours) pour voir si nous pourrions nous rencontrer un jour, et surtout parce que je craque totalement sur le sac Sumatra (mais pas trop les moyens)!
    J’adore ce qu’elle fait, et j’adorerai la rencontrer, notamment parce que j’ai un projet assez similaire au sien et plein de questions à lui poser : monter mon atelier en Indonésie, et créer ma ligne de fringues… Je n’ai pas encore le temps de m’en occuper pleinement, en attendant je baaaave devant ses créations, j’envie son entreprise et son succès qui devrait à mon avis grandir très vite !
    :)

  19. C’est très joli, j’aime beaucoup, même si ce n’est pas mon style.

    En revanche je pense qu’en cadeau cela passerait très bien une petite pochette.

    A voir.

    Merci pour la bonne référence en tout cas!

    Bonne continuation!

  20. C’est vrai que des caracos léopards ou autres pour plaire aux copains qui n’attendent qu’une chose : enlever la chose (oui ça sent le veçu…), mieux vaut préférer un bon pyjama petit bateau histoire d’être quand même plus à l’aise. Cotton contre polyester le choix est vite fait.

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>