G.Kero

Vous avez déjà dû le voir passer sur mon instagram celui-ci.
Pour les sweats fins, j’ai trouvé mon Graal chez Nico (du molleton japonais sérigraphié, un truc de malade) mais pour le sweat épais (vu que forcément, il faut les deux) j’ai déniché le mien chez G.Kero. Du molleton épais mais qui tombe bien (du Portugal cette fois), qui est très confortable et qui n’entrave pas les mouvements (c’est l’enfer des sweats de mecs ça, le machin tu le mets, tu ne lèves plus les bras : en-gon-çée, tu es, je ne supporte pas les sweats rigides) et avec un tableau dessus. Parfaitement : un tableau.

Mais que je vous présente un peu :

Gkero

Lire la suite

Sweat selection

Les sweats (et non pas “sweet” hein, on dit “souète”, comme transpirer en anglais, c’est du molleton, c’est fait pour le sport). Je suis à fond, mais à FOND (je crois que vous avez remarqué). Et du coup, j’ai une liste de favoris longue comme le bras, sauf que je crois que j’en ai déjà pour toute une vie dans mon placard, autant partager donc :

- du latin chez Topshop
- Du sweat gris bien remisé chez TheOutnet : Lot78 et Zoe Karssen
- sweat imprimé Pull & Bear
- Le sweat machouillé qui va bien FreeCity
- et le sweat rock, indispensable (Chaser) Lire la suite

Le renouveau du sweat

Renouveau, c’est ça. Pour tout vous dire je me revois en 1989, au collège, avec mon armée de sweat-shirts+jean+baskets. L’uniforme. Qui aurait cru qu’on en serait à nouveau là 20 ans après, avec la touche de fluo qui plus est.

Le sweat gris classique était bien entendu déjà présent dans mon placard. Mais je crois que je me suis lâchée ces derniers mois. Le confort du sweat, associé au jean slim et une jolie paire d’escarpins pour affirmer “non, non, je n’ai plus 15 ans”, elle ne dira pas le contraire : on ne s’en passe plus. Lire la suite

En jersey et cuir…

Sous l’influence de - qui déjà ? - on a vu l’arrivée de poches-manches-empiècements en cuir sur du sweat molleton (ah oui, Alexander Wang, peut être, surtout) ou de la robe camel sage (là : Céline. Bref).

Corollaire, la petite (? mais qui ne se dispense pas d’être dispendieuse) marque branchouille emboite le pas.
D’où ici Maje.
Craquage de slip comme on dit vulgairement au Printemps Haussman la semaine dernière, en compagnie d’un “J.Brand Houlihan like” qu’à force de lui chercher des ersatz j’aurais mieux fait d’investir dans l’original.

Donc je m’étais dit, quelque part entre l’essayage et la machine à CB, que y’a pas plus simple, porté avec un jean brut cela ferait bien l’affaire.
On ne peut pas se tromper avec un jean brut, si ?
Lire la suite