La veste noire

Alors, forcément, vous n’allez pas me croire (hein) MAIS je n’avais pas la bonne veste noire. Celle qui irait avec tout et que je pourrais enfiler par dessus n’importe quoi pour sortir le matin : pour allez à l’école, à Paris, à ma salle de gym, le week end… Bref, le bidule multitâche.

Attention, je n’ai pas dit que je n’avais pas de veste noire, j’ai un sublime perf et un joli blazer habillé. Mais voilà justement, je ne voulais pas une veste en cuir ajustée, ni un manteau léger, ni un truc trop habillé (= un blazer ou une veste épaulée). Non, le truc un peu mou, que tu peux rouler dans une valise, sortir en gilet ou par dessus un gros pull… VER-SA-TILE.
Avec de grandes poches c’est mieux, mais pas une parka non plus. Qui puisse faire cool ou habillée selon le reste de la tenue.
Ah, et qui arrive sous les fesses, aussi.

Vous la voyez venir la prise de tête ?

L’autre jour à Paris, j’ai eu coup sur coup un RV et un déjeuner d’annulés. De quoi passer quelques heures dans le quartier des grands mags. J’ai tout fait : 3 étages du Printemps, Zara, H&M et consorts. Rien, queud’.

Mais alors que je me rendais à un rendez-vous rue Beaurepaire avec une petite dizaine de minutes d’avance, j’avisai un American Apparel. 5 minutes à perdre, hop. Et là, je vous le donne en mille :

americanApparel

Une veste en lin épais, souple, avec des poches, sous la taille. Prise en M/L pour un côté oversized, très, mais très Isabel Marant avec ses manteaux d’hiver. On retrousse les manches et on a côté boyfriend qui va bien *. Comme prévu elle va avec tout.

C’est intéressant car c’est quand on cherche une pièce bien précise que l’on sort de ses marques favorites et qu’on se débarrasse de ses préjugés. Voilà.

(si ça vous intéresse elle est dispo en ligne ici)