Attention les filles !! *

tougoudou dou… barques sur le Nil

Si c’est pas un séducteur né ça mesdames… limite un futur mois de juillet **

et encore, je ne vous ai pas montré celle avec les lunettes de soleil, que c’est lui même qui les met nonchalament sur le front. Et ben ça promet.

Et si je vous dis qu’il a toujours ses yeux bleus et qu’il vire blondinet ?

* oui bon bah, c’est « voile sur les filles », je sais, je sais…
** oui bon bah bis : p’tet pas sur le calendrier des rugbymen…

La folle journée…

ou devrais-je dire LES folles journées, enfin 1 journée et demie ? Enfin on s’en fout. En même temps. La seule conclusion valable étant que je suis sur les rotules complet.
Ca me vaut rien la vie parisienne.

Je vous résume en vitesse et je m’en vais ressortir le transat sur la terrasse (c’est pas le tout mais j’ai ramené de la lecture) :

– Arrivée mercredi 15h, je fonce à la VP Heimstone (qui continue encore aujourd’hui si je ne m’abuse). Et je me pèle. Du coup : pas le choix, j’embarque un sweat zippé Augustin de la saison dernière. Question de confort (et je ne lésine pas avec mon bien-être). Des soldes sur la saison en cours ? ben ça a pas loupé : c’est décidé, je ne ferai pas les soldes officielles cette année, je n’en ai plus les moyens 😉

– vente presse Erotokritos : pas mal du tout, dommage que je ne fasse pas du 36, ça aurait été l’extase mystique. J’embarque tout de même une petite robe en jersey

– Défi-shoes Sarenza. J’en reparle plus tard, de cette affaire là. Je récupère les clefs de l’appart où je dors. Et dodo. Enfin j’essaie (et on ne cafte pas que j’ai éhontément piqué un bout de la méga tablette de Toblerone qui ne m’appartenait pas)

– RV à 9h30 (y’a pas idée aussi…) chez SacdeLuxe : je viens de mettre en place un partenariat pour ma rubrique Test-Drive My Handbag (parce que j’ai beau avoir une collection comment dire « intéressante », je ne vais pas non plus réinvestir tous les revenus de ce blog dans un Chanel ou un Vuitton par mois… et pourtant croyez moi l’idée m’a traversée… *siffle*)

– Ca caille toujours, du coup j’enfile des couches post-VP de la veille, ce qui fera dire plus tard à Violette :
« ben t’es lookée ! »
« ben non j’ai froid…. »
Je vous montre pour la postérité :

Sweat Heimstone, robe Erotokritos, ceinture YSL, sautoirs Heimstone et Isabel Marant, bottes Valensi, sac Jérôme Dreyfuss « Antoine ».

– Suivi d’un passage à la vente presse Zadig et Voltaire. Hum. Déjà que je n’aimais pas forcément non pas le style, mais le rapport prix/qualité franchement honteux, cela m’a confortée : des cachemires à 130 euros en vente presse ?? des pulls prototypes à 150 ?? et des « défauts » avec un trou gros comme mon pouce à 70 ? Je suis repartie à vide.

– déjeuner chez Cojean

– RV à Roland Garros avec une bande pas possible :

Yep, et l’ami Nelson Montfort, je vous conseille d’aller voir l’interview de Violette, on en rit encore (et merci Nelson pour votre patience)
(ah pis Federer a gagné tiens, costaud le bestiau)

Sur ce :
– je développe la semaine prochaine 😉
– tant que j’y suis à faire des annonces : deux petits concours sympatoches, voire 3, dans le tube (c’est kiki veut venir avec moi à la VP Vanessa Bruno la semaine prochaine ? genre)
– et je m’en vais m’occuper de mon Clairon et de sa 2ème dent (ça ne s’arrête jamais ces trucs là ?!)

Test produit : épilateur Philips Satinelle

Philips Satinelle Ice Premium même. Que c’est écrit.

Alors je l’ai toujours dit : je suis adepte de l’épilation électrique. Depuis mes 13 ans et le satané Epilady à ressort que ça tirait un zillion de fois sur le poil avant de pouvoir enfin l’arracher.
Du coup quand on me propose de recevoir-déballer-tester un nouveau modèle du genre, et ben je peux vous dire que j’y vais avec l’oeil de la spécialiste à laquelle on ne le fait pas.

Alors je vous explique le concept en provenance directe des states qui s’appelle originellement du « unboxing » : vous prenez un blogueur à forte tendance geek, vous lui envoyé un bidule genre iphone et cie et il se filme en train de le déballer en commençant toutes ses phrases par « hey guys ».
Hum.

Et bien le concept a été adapté-francisé par Philips sous le terme « deballing », y’a même un site dédié voyez. Alors, les geeks FR ils ont droit comme leurs confrères à leurs gadgets qui vont bien, du home cinéma, lecteur MP3 et j’en passe. En revanche, la Walinette cendrée, la Shalima ou autres ménagères de moins de 50 ans, ben on leur fait déballer de l’aspi ou du fer à repasser voyez. J’ai tout de même comme un petit relent de MLF qui aurait bien aimé qu’on envoie de l’arrache-poil sur secteur à un geek bien poilu façon second degré mais passons, l’idée m’a amusée (pis en rétribution on garde le bidule déballé, on va pas le remettre en rayon non plus) :

LE DEBALLING DE L’EPILATEUR PHILIPS SATINELLE ICE HP6513
envoyé par ledeballing

OK, c’est bien joli, mais le test ça donne quoi ? parce que vu la mise en tête de gondole du bidule au super, faudrait voir à ce que ça tienne ses promesses :

– le coup du truc à glace qui refroidit. Ben j’ai COMPRIS. C’est en 2 partie : on met le truc avec la butée au frigo, quand c’est frais (comprendre : ça devient bleu), on le clipse au second bidule en plastique pour pas se geler la paluche et on clipse l’épilateur au centre. Le froid ? et bien c’est justement transmis par la butée.

Et bien je vous le dis tout net : gadget total ce truc. Moui ça refroidit un peu, surtout ma main en fait et je ne trouve pas que ce soit suffisant pour atténuer la douleur, ou alors il faut épiler SUPER lentement. En plus, la butée m’empêche d’appliquer l’épilateur avec l’angle que je souhaite pour profiter au max de la tête à picots qui ELLE a bien son utilité.

Justement, une fois débarrassée du truc froid qui sert à rien :

– et ben les picots qui grattent-massent juste après l’arrachage : du tonnerre. Tip-top, les meilleurs sur le marché je trouve.

– le bruit ? classique j’ai envie de dire, ni particulièrement silencieux ni particulièrement bruyant. Genre vous l’approchez du microbe et il se carapate (pas conne la bête)

– la prise en main que je trouvais bizarre et bien elle est tip top également. Le bidule est léger et se manipule super bien, même dans la zone du genou. Et je vais vous dire, même encore mieux sans le surmanche à froid.

– et enfin, le truc essentiel : ça épile bien ? Et bien oui. Pour la première fois j’ai trouvé un épilateur qui arrache tout au premier passage, et à la première vitesse. Je le trouve pour ma part super efficace.

Conclusion :
Tout le marketing du produit repose sur le système du ice-cooling, et si vous voulez mon avis c’est bien dommage car je trouve ça absolument pipeau. Pire, l’utilisation de la « butée à froid » gêne le massage par la tête à picots qui est autrement plus efficace pour atténuer le « ouch-aïe-ca fait mal cette merde ».
Dommage j’insiste car cet épilateur est vraiment très bien. La preuve ? je le garde. Il est en effet très efficace : épilation super rapide et sans loupés : ça arrache TOUT, du micro poil à peine sorti au cheveu de 2 cm, avec en prime une tête de massage juste derrière qui fait vraiment du bien.
Prix public : 99 euros il me semble, tarif classique pour ce type de produit lors de son lancement.

Messieurs de chez Philips : vous me faites le même sans le gadget à froid et à 20 euros de moins et je le déclare meilleur épilateur sur le marché 😉

EDIT : ben y’avait qu’à demander (dit la fille qui n’a pas bossé son sujet, en même temps si les blogueuses étaient journalistes ça se saurait..) suite à vos remarques dans les com’s et bien je pense que si je devrais racheter un épilateur, je prendrais celui-ci sur la Redoute, à 56 euros, c’est pas mal.

Toutes ces micro-contrariétés…

On parlait un de ces jours derniers de tous les petits bonheurs quotidiens, toutes ces petites choses insignifiantes mais qui rendent la vie sinon douce, du moins supportable.
Et bien le contraire existe aussi vous aviez remarqué ?

Comment les petits grains de sable, les petites contrariétés de rien, peuvent parfois nous gâcher la journée. C’est con hein, de s’arrêter à ça, mais des fois PUTAIN QUE CA FAIT CHIER ! (s’cusez…)

Dans l’ordre, ces jours-ci, j’ai :

– LA DENT, the tooth, la quenotte, le truc qu’on en vient pas à bout même à coup de Dologel ou autre baume qui fleure le caramel. Elle veut pas percer la garce. Et pourtant elle est pas loin. Et elle se fait rattraper par toutes ces consoeurs du bas jusqu’à la canine. Z’allez voir que c’est 6 d’un coup qu’il va nous sortir, le Clairon…

– Les travaux qui ont du mal à avancer. Deadline le 30 juin où on rend les clefs. Y’a pas, la dalle est pas sèche, on peut pas mettre le parquet, c’est pas faute de mettre le chauffage à fond pour régler le problème. Z’avez déjà essayé de monter des meubles de cuisine par 32° dehors, avec un plancher chauffant réglé sur 40 ? Le Zhom oui. Et il a les pieds qui ont doublé de volume…

– Maison toujours, ou plutôt jardin (?) ou devrais-je dire morceau de pré en friche. Pas eu le temps de planter le gazon, ça commence à être trop tard, trop chaud. Moralité, il va falloir attendre septembre. Donc outre la pauvreté esthétique estivale qui nous attend, le problème principal est que notre futur jardin paysager devient DUR DE LA MOTTE. Alors que pas aplati. On va rigoler quand va falloir biner…

– La télé Orange, branchée sur la livebox « qu’on n’a pas d’alternative car paumé la télécommande on peut pas régler les chaines »  et qui merde SYSTEMATIQUEMENT à 20h40.
Bon, vous me direz : c’est pas foncièrement dramatique vu la qualité de la télévision française.
Oui mais tout de même. Imaginez-vous après une journée de dur labeur, avoir été cherché une pizza, du rosé bien frais, installés en plateau-repas, un Clairon au lit, confort devant la-dite télé, prêts à regarder la Nouvelle Star.
Et ben manger une piz’ devant un écran noir ça a un côté terriblement agaçant à la limite de l’humiliant.

– Les Fourmis. Et je ne parle pas du roman de Werber là. Mais de la version télé-réalité. Qui serait tournée chez nous.
Une chienlit ces trucs. On en fait des cauchemars dites donc. Moralité, y’a des petits monticules de marc de café dans tous les angles de la maison et un piège à l’entrée. C’est super design je vous dis (et super méga tip top pour faire le ménage)

– Ca sonne à la porte. Quand on est encore en pyj’ avec un gommage en cours sur le visage. Qu’on éponge tant bien que mal, moralité reste des grains dans les sourcils, mais on a tout de même de la chance il est pas vert. C’est ma copine la factrice, qui m’amène mes sandales à plateaux Ash. Les sublimités vues hier.
Ben vous savez quoi,  rarement porté un truc aussi instable..

Pourtant, elles sont belles hein ? (et pô cher, 36 euros sur Private Outlet, que c’était)

Allez, ça ira mieux demain ! (et y’a intérêt car je suis à Roland Garros…)

Ca me fait une belle jambe !

Parce qu’à plus de 30 degrés ces derniers jours, il fallait bien finir par les enterrer, ces collants chair…
Et forcément, après plus de 6 mois planquées, vous êtes d’accord avec moi, on a la guibole molle et palotte. Et moi, personnellement, j’ai toujours été EXTREMEMENT réticente à l’autobronzant, et tout ce qui n’est pas 100% naturel en général.
Peut être ai-je été traumatisée par ce fameux épisode de Friends où Ross n’arrivait à se faire bronzer que la face dans la cabine à spray et finissait pour moitié pain d’épice.

Mais bon, quand on tient un blog et qu’on reçoit des produits à tester, et bien on fait preuve d’abnégation. Et c’est non sans appréhension je dois dire, que j’ai essayé certains produits « jolies jambes » envoyés par les labos Pierre Fabre (qui vont finir par être sponsors officiels de la catégorie beauty ici…)

J’ai donc procédé en 2 temps :

STEP 1 : on exfolie, on épile, on hydrate.

Alors, pour le gommage de la guibole en berne, j’ai essayé le gommage doux Avène. Ah beh dites, l’est vachement bien le bidule. Odeur tip top, texture tip top ET (le truc important pour moi vu que je n’aime pas les peelings chimiques) : la BONNE taille et concentration de petits grains. Pas trop aggressif, mais pas trop mou non plus (rien de pire que d’essayer de s’exfolier avec un truc qui gratte pas je trouve). Pas de réaction post-traitement, la peau douce. Vraiment, j’aime beaucoup ce gommage

Après on épile.
Alors le machin du milieu là, à la forme légèrement tendancieuse (j’ai dû être déformée par mes années d’ingé moi…), c’est le nouvel épilateur Philips Satinelle, qui m’a été envoyé pour faire mes armes dans le « déballing » (pour info, ça se passe ici, j’en reparle dans la semaine avec le test qui va bien vu qu’il est lancé en ce moment dans les magasins). Vous prenez donc votre technique habituelle hein, moi j’épile sur secteur.

Et enfin, on hydrate. Je ne sais pas vous, mais après l’épilation, j’ai le derme qui gratte. Donc un petit massage hydratant, ça atténue les rougeurs et le gratouilli. Là j’ai prix un soin Klorane censé ralentir la repousse. Bon ben ça je ne sais pas. Il est marqué sur la boite d’en mettre tous les jours, je sais d’avance que je ne le ferai pas, et vu que je m’épile les jambes depuis une bonne quizaine d’années, je peux me contenter d’user de l’arrache poil que toutes les 3 semaines en moyenne.
En revanche en petit massage post-arrachage donc, je l’ai trouvé pas mal, mais j’imagine qu’on peut aisément se contenter de notre crème hydratante habituelle.

STEP 2 : genre le lendemain, et ben on bronze

Alors, j’avais le choix entre le spray et la crème. En tant que totale novice, je sentais mieux le spray. Allez savoir, il me semblait que ça allait mieux s’étaler cette histoire.
Rajouter à cela que c’est du spray Les Polysianes. Et Les Polysianes, et ben même dans une salle de bain du fin fond de la Bourgogne, et ben ça sent la plage. Je soupçonne même des filles d’acheter la marque rien que pour ça…
Je me suis donc mise debout dans ma baignoire, en nuisette, les pattes écartées pour me faire un pschitt devant-derrière réglementaire et bien masser/étaler tout ça. Léger, le pschitt. Vu la teinte générale de la Walinette, faut être un minimum raccord. Ca s’étale bien, ça fait pas gras, on se rhabille quelques minutes plus tard sans catastrophes à constater.

Hum, 1h après : rien. Je me dis que j’ai dû y aller un peu trop mollement du spray moi. 2h après : ah ben si, ça hâle, dites donc. 3h après : teinte finale. Je ne me suis pas trop loupée. Le hâle est bien là, c’est doré, c’est raccord. Comprendre : ça ne choque pas avec l’avant-bras.
Je craignais les taches : ben ça va. Juste un poil plus marqué sous les deux genoux, ça se gère. Le résultat est assez naturel : je valide.

En touche finale, j’ai mis l’huile sublimatrice. Un poil plus gras (forcément), ça laisse des micro-paillettes et habille un poil plus la jambe. Je valide aussi. Jugez plutôt :

Comme vous le voyez c’est HYPER léger. Et tant mieux.
Moralité, je vais :
1. voir combien de temps ça tient (3-4 jours il parait non ?)
2. Me lancer dans le tube Avène
Je vous tiens au courant.

PS : vous noterez que l’on a toujours la jambe plus jolie quand on la lève au ciel. Put**n de gravité…

PPS : et je sais, j’ai un nouveau bleu… pffff

Le retour du body …

Il est un truc avec lequel j’ai beaucoup de mal : outre le boyfriend jean-short ou que sais-je, outre les épaulettes et toute la symbolique des années 80 dans lesquelles j’ai baigné mon adolescence (enfin : fin, plutôt 90 l’adolescence même si on y pense, mais qu’importe) : c’est le body.

Et je ne parle des bodies taille 9 mois du Clairon (avec lesquels j’ai du mal aussi remarquez : je ne peux plus voir un bouton pression en peinture).

Mais des bodies pour femme.

Et pourtant ils avaient bel et bien disparus corps et âmes pendant une bonne décennie. Et on ne les regrettais pas. Si vous voulez mon avis, il n’y a que les petites jeunettes qui n’avaient jamais essayé pour remettre ça. Car il parait que le nouveau Graal c’est ça :

Le body American Apparel.
Mais perso je ne vois pas en quoi ils auraient outrepassé tous les défauts de feux ses ancêtres, en ce qui me concerne un body rouge à manches longues à petites fleurette, et un gris brodé à manches courtes. Que j’ai lâchement abandonnés lors des grandes vacances de ma classe de première à ma classe de terminal.

Parce que SERIEUSEMENT. Expliquez-moi mesdames, pourquoi on a besoin d’un bidule qui :

– nous fasse un ventre plat certes, mais écrase au passage toute vélléité de seins
– a des attaches pression PILE à l’entrejambe
– qui au choix sont : soit complètement merdiques à pressionner, soit nous lâchent à l’inopportun (ou les deux, remarquez…)
– nous oblige à la jupette (parce que body + jean = bonjour la prise de choux aux chiottes, essayer d’écarter les jambes pour pressionner avec un jean à mi-cuisse. Et le jean sur les chevilles dans un endroit cra-cra… comment dire…)
– nous oblige à avoir les DEUX mains de libres pour faire notre affaire. Voire une troisième pour retenir le reste de la tenue
– nous obligent à avoir un oeil à l’entrejambe pour ne pas pressionner le samedi avec le dimanche

Et ben ça sera sans moi…

PS : Y-a-t-il quelque-qu’une dans la salle qui se souvient de feu l’émission Frou-Frou de Christine Bravo ? Ca passait le samedi vers 19h si mes souvenirs sont bons, quelque chose comme en 92-93.
Et bien j’ai un grand souvenir des coups de gueule de Joëlle Goron, dont notamment un contre ce fameux body et de la galère totale que ça engendrait dans les lieux d’aisance justement (qu’est-ce que je ne donnerai pas pour retrouver ce texte…)

Goodie Bag : quelques petites nouvelles sur le front du shopping (on n’est pas là pour rigoler non plus)

– Une charmante lectrice ainsi que Rossana en personne nous annoncent des soldes flottantes à l’espace des créateurs à Paris. Cela nous donne du -30% sur MatthieuMarion et du -20 sur les sacs Velvetine.

– Du 4 au 6 juin auront lieu les soldes presse Eple & Melk (invitation reçue par mail, pas de souci pour s’y rendre 😉 )

– Bon plan lu sur le blog de MissFashion et que je me permets de relayer : si vous cherchez une marinière, direction la braderie Armor Lux (eshop de déstockage en fait) : pour une vingtaine d’euros des modèles indémodables (compter tout de même des frais de port non négligeables) :

Edit : et bon plan bis indiqué par Emeline dans les com’s, avec le code AL29 : 10% de réduc supplémentaire

– Enfin, du mercredi 27 mai au samedi 6 juin, des soldes sur certains articles du Comptoir des Cotonniers. Attention, carton exigé dans les magasins :-(. Comme je ne compte pas en profiter je l’envoie à la première qui m’en fait la demande dans les com’s

Le GROS concours : les gagnantes !!

Allez ça y est, dernier épisode. Les réfractaires aux concours en tout genre vont pouvoir revenir tranquilles dès le billet de 14 h, je ne suis pas prête de remettre ça 😉 !

Alors tout de même, on va faire un petit bilan :
– Presque 500 participations, compte tenu de l’assiduité, du comptage et de l’énergie qu’il a fallu déployer, je m’attendais plutôt à du 350 bulletins, donc c’est très positif, les lots étaient motivants il faut dire 😉
– Des serveurs en carafe, du plantage, merci l’hébergeur, je ne m’attendais pas à autant de difficultés techniques ni à un tel stress (chiotte alors, ça vaut le coup de bosser chez soi sans hiérarchie tiens !)
– Un réel enthousiasme et un réel plaisir à découvrir vos réactions à chaque billet : ça c’était cool !
– Et d’ailleurs, de manière spontanée, certaines d’entre vous se sont proposées de se cotiser pour m’offrir quelque chose, au vu des 3 semaines de boulot pour organiser ce concours : vraiment, nan mais vraiment, c’est super gentil. En effet je ne vous ai pas caché que ce blog était devenu ma principale source de revenu, j’ai donc pris l’organisation de ce concours comme un défi professionnel. Et si il ne m’a rien rapporté en tant que tel, j’espère que c’est un investissement sur le long terme : pour fidéliser mes lectrices, les inciter à commenter plus (vu que maintenant certaines sont sorties du bois… *siffle*), voire augmenter un poil mon traffic et donner confiance à mes partenaires et annonceurs.
– De plus, la chasse au comptage de coms a généré beaucoup de pages vues, pile au moment où ma régie pub bourrinait avec des campagnes (genre le pavé H&M), d’où une augmentation de revenus ces 15 derniers jours, vous voyez, la situation est win-win.
Voilà, le bilan est très positif pour ma part, j’espère que vous y avez pris du plaisir, c’est tout ce que j’attendais. Donc un grand merci pour votre attention, mais je ne vais pas accepter en plus un cadeau de votre part même si je vous remercie infiniment d’y avoir pensé 😉

Le dépouillement :
oui, donc quasi 500 mails. Et bien j’ai trié au fur et à mesure que je recevais, avec les libellés Gmail. Du « réponse fausse » au « correct < 2000 coms » au « tout bon », j’ai pu facilement m’y retrouver. Ajoutez à cela que j’ai mis un filtre avec « 15002 » ou « 15 002 » ou « 15001 » ou « 15 001 » pour être absolument sûre de ne louper personne, je suis arrivée à 13 gagnantes potentielles, chacunes avec 8 réponses justes sur 8, nombre de commentaires exacts inclus.

Ce qui nous amène donc à un

Tirage au sort : pour désigner les 8 GROSSES gagnantes. 
Attention, je procède « à rebrousse poil », donc le premier ticket tiré correspond à la dernière gagnante 😉 et le dernier à la gagnante numéro 1

Choix des lots : merci donc à la gagnante numéro 1 d’indiquer dans les commentaires le lot qu’elle choisit. La gagnante numéro 2 pourra choisir parmi ce qu’il reste etc…
Je rappelle les lots :
Lot 1 : un ensemble de 3 pièces offertes par MonShowroom
Lot 2 : un lot de produits offerts par les laboratoires Pierre Fabre
Lot 3 : un bon d’achat de 400 euros valable sur Sarenza.com
Lot 4 : La Block Lamp + un bon d’achat de 160 euros sur Direct-d-sign
Lot 5 : un an de t-shirts offerts par La Fraise
Lot 6 : un bon d’achat de 500 euros sur Placedestendances.com
Lot 7 : un autre bon d’achat de 500 euros sur Placedestendances.com
Lot 8 : un Twee en daim noir offert par Jérôme Dreyfuss

Et enfin donc un grand, un énorme ou tout simplement un GROS merci : à tous les annonceurs qui m’ont fait confiance, ont très gentillement offert tous ces GROS lots, un GROS merci à vous toutes d’avoir participé, de m’avoir soutenue et un GROS bravo à nos 8 gagnantes !!

EDIT : comme certaines ont pu le voir, j’avais fait un billet en plus expliquant ma boulette : un oubli de gagnante potentielle. Suite à un échange de mails avec cette dernière, elle ne souhaite pas refaire un nouveau TAS. Je lui suis infiniment reconnaissante et cherche un moyen de me faire pardonner… Un grand merci pour ta générosité AnneSo7

Edit bis : notre grande gagnante : Marj Masquée, a choisi le Twee, soit le lot 8. J’attends les choix des suivantes 😉
La suivante : Nefeli, un des 2 bons d’achat placedestendances, le lot 6.

Baume à tout faire (2)

[Ceci est un article sponsorisé]

Je vous avais déjà parlé de mon attachement particulier aux « baumes à tout faire« , le truc tout en un qui calme les piqûres, les bleus, les irritations et tout un tas de trucs dans un format réduit. Baume du tigre, surfer salve, etc…
Et ben je ne savais pas, mais il existe une version française de ces baumes universels.

Ca s’appelle Vegebom et c’est limite antédiluvien (1932, c’est tout comme…). MAIS récemment la formule a changé et voilà-t-y pas que la pommade est qualifié ECOCERT, et donc à l’inverse de ses confrères plus exotiques, il s’agit donc d’un baume BIO.

Alors là perso : banco. C’est LE truc par excellence que tu emmènes en voyage et qui te suit partout. Je n’ai qu’un seul regret le concernant : le conditionnement.
Mesdames-Messieurs de chez Vegebom, le bidule, vous me le mettez dans une mini-boite façon cachou et promis il ne quitte plus mon sac à main 😉

Bon c’est pas le tout mais concrètement, est-ce que ça marche ? J’ai testé sur 2 cas de figures :
– un bleu à la cuisse droite, en 2 jours, pfuitt plus rien
– un cas d’arthrose sur le pouce (et oui, j’avais ma belle mère sous la main….) : et bien ça soulage pas mal. Ponctuellement certes, mais ça fait du bien.

Reste ce qui pour moi justifie l’achat du tube : est-ce que ça marche sur la piqûre de moustique ?? Vu les ingrédients (eucalytus, laurier, menthe, camphre…) qu’on retrouve chez ses homologues, je dirais bien que oui, mais c’est ballot, c’est pas la saison (si il faut aller aux Antilles se faire pomper par une dame moustique pour faire un billet, on n’est pas rendu).