Où sont les hommes ?

L’autre jour, dans le vol retour, je ne sais pas, mais avec Isa et Hélène, on s’est fait un trip genre on a 15 ans et on joue à fantasmer sur les people/acteurs.
Arretez, on a toutes fait ça.
OK, quand on était ado. Passé 30 ans ça fait plus immature, je vous l’accorde. Mais au moins on a oublié de stresser au décollage/atterrissage/turbulences.

Donc la question de fond était : Quel acteur serait « acceptable » dans notre lit ?
Ou pour dire les choses plus crûment, notre liste de mecs connus baisables (« cru », je vous disais).

Là, finalement, même si les goûts et les couleurs, hein, on y est arrivée relativement facilement.
Pour corser la chose, on a décidé de viser uniquement le francophone, et VIVANT / n’ayant pas dépassé la date de péremption.
Et là d’un coup, d’un seul on est passé de Don Draper / Jason Bourne / OO7 à Pinot Simple Flic.
Grosse chute d’hormones quoi.

En fouillant, entre 30 et 40 ans, qu’a-t-on comme proposition ? Du Guillaume Canet, du Gaspard Ulliel, en bref du MINET. Du qui manque de poil, de charisme et d’envergure (et de pecs, j’aime bien les pecs).
Envahies de minets/bobos à mèche et jean slims, qu’on est.

Conclusion qui s’est vue renforcée dès le retour à la maison et l’ouverture de boite mail par le résultat d’un sondage Ifop* intitulé : « la féminisation de la société« .


(ceci est un mannequin homme, a priori avec tous ses attributs)

Lire la suite

Coup de mou*

Je ne connais pas au monde de chat plus malléable et élastique**

* et illustration de l’état général….

** : j’ai toujours pensé que Madame Le Microbe avait du sang de « ragdoll », cette race américaine qui manque de tonus musculaire et s’écafouille mollement dès qu’on la tient dans ses bras.

No note today

Alors comment vous dire, depuis mon retour c’est un peu la panique… un mercredi à bosser, un jeudi passé à Paris et un vendredi – AKA aujourd’hui quoi – de corvée de clairon.
Epidémie de gastro à la crèche, mon mari appelé en catastrophe hier à 16h, c’était un peu l’apocalypse là-bas.
Très égoïstement, si mon instinct maternel a souffert de ne pas être à leur côté, ma raison a soupiré de soulagement d’avoir échappé au pire. Le principal c’est qu’il a assuré, le papa.

Bref.
Je profite de cette « no-note » pour revenir sur le joli futal d’hier :

– Alors non, NON, je ne m’inclinerai toujours pas devant la réflexion « ça ne va qu’aux minces ». OK, il n’amincit pas, c’est pas un slim noir quoi, mais je ne vois pas pourquoi je ne devrais porter que des slims noirs. La coupe est géniale, et oui, il met en valeur les courbes. Il ne les cache pas, mais elles sont harmonieuses, on les voit. Ca ne boudine pas, ça galbe. Parfaitement. Ce qui va chagriner l’oeil habitué au 34 des magazines, et c’est bien ça qui me chagrine, moi.

– pour les tailles. J’ai 3 autres jeans de chez J Brand, et alors que je fais un standard 28 – 38 partout ailleurs, j’ai dû prendre les 3 en 29. C’est ce que j’ai pris aussi pour celui -ci et POF, il est un poil grand : moralité, j’aurais dû prendre un 28 comme d’habitude.

– ce que je vais m’empresser de faire grâce au bon plan de Sylvie donné dans les commentaires (elle va devenir notre source officielle !) : sur le site Nordstrom, le Houlihan et le Agnes sont soldés à -55 % ! sur les tarifs américains, soit 75 € pièce !

Vous rajoutez le shipping et les taxes de douanes (qui sont déjà prélevées par le site, pas de mauvaise surprise) et ça revient à 133 €.
Et hop, le Agnes….

Et ça nous fait un Houlihan couleur Vintage Wespoint (il reste toutes les tailles) au même prix. A comparer des 300 € et plus en France… *siffle*

Houlihan !

Dans la série des mythes qui tombent*, LE, pardon « THE » zipped cargo skinny pants** originel : le J Brand, modèle Houlihan, avec le long zip à la cheville.

(* dans la penderie, hein. Qu’ils tombent, les mythes (et pas les mites, quoique, on finit toujours par trouver un petit trou))

Celui que j’adore et qui m’a fait chercher moultes ersatz et pâles copies depuis bien 1 an. Parce que d’une part : pas forcément facile à trouver***, et de l’autre : pas forcément bon marché.
Donc comment vous dire les petits bonds et mini-cris (je suis assez introvertie comme fille, ça décontenance) lorsque j’ai eu la chance de pouvoir enfin me glisser dedans.

Juste le temps de passer dans le bureau de presse pour le récupérer avant de sauter dans l’avion pour Munich. La place dans la valise cabine était chère, et tout naturellement je l’ai donc porté pendant le séjour.

Merci à Hélène pour la photo
Lire la suite

Gold

Reviendue de la patrie du Kugeln-Strudel-Knödel, du schnaps et de la marmotte en peluche qui yoddle.
J’avais bien fait de prévoir le jegging bien élastique pour les 2 derniers jours.

Mais petit clin d’oeil préalable au compte-rendu, vu que j’ai profité du passage express à Paris pour assouvir une petite (?) envie de clinquant en passant au corner du Printemps Haussman.


Lire la suite

Bags, bags, bags…

Une petite Dreamlist de toute ce que ma penderie aimerait accueillir comme sacs à main du cru 2011 (et des autres) …
(et ça ferait du monde !!)

L’occasion de me faire une petite (?) liste (exhaustive plutôt) de tous mes sacs préférés du moment

Je viens de ressortir mon Pandora Givenchy, et je lorgne dangereusement sur la version mini, gros gros coup de coeur :

Compter tout de même entre 7 et 800 €
Lire la suite

7/8 ème

Vous m’excuserez si je fais fi de la saisonnalité aujourd’hui. J’ai actuellement le nez dans la poudreuse autrichienne : je compense.

Le jean 7/8ème donc. AKA le bidule qui découvre la cheville, se porte avec des escarpins, façon Grease/Isabel Marant et qui est sooo sexy.
Sauf quand on mesure 1m60 et que le 7/8ème se retrouve à tomber comme un jean normal. Ce qui est déjà pas mal car ça nous éviter de faire un ourlet. Sauf que là, à la faveur des soldes sur l’e-shop Gap et pour l’équivalent d’une paille ou presque (15£, franchement, entre nous), la révélation : le mètre 80 du mannequin a carrément l’air d’aller à la pêche aux moules, donc sur nous, sur moi, ce pourrait-ce que … ?


Lire la suite

Coucou d’Autriche !

On parlait de paysage…

Vue en arrivant sur StWolfgang, un grand bol d’air en Autriche !

Je rentre mardi soir, mais j’ai bien entendu programmé du chiffon.

Bisous à tous !

PS : Malheureusement pour le Zhom-mon-mari, je suis là en voyage de presse… comprendre en le laissant au foyer ..