De la démocratisation du cachemire…

L’autre jour, jeudi pour être précise, j’ai regardé Envoyé Spécial.
Le sieur Bompard dans les steppes sino-mongoles. La chèvre qui broute, se multiplie à l’infini pour répondre à la demande mondiale, et au final des millions de chèvres qui n’ont plus rien à brouter que de la poussière.
Ou comment la démocratisation d’un produit au départ rare et cher participe à la désertification de toute une région du monde.

Qu’en penser ? Est-ce que seuls les nantis peuvent avoir le privilège de se lover dans du 5 fils, de rouler en voiture, de voyager en avion ?
Pourquoi des millions de personnes ne pourraient rêver d’accéder au niveau de vie des occidentaux ?
Ah oui.
Parce que nos ressources ne le permettent pas.

Alors où est-ce qu’on place le curseur, doit-on interdire au milliard et quelques de chinois d’avoir une voiture ? interdire les cachemires à Carrefour ? Comment définir qui peut avoir la possibilité de posséder quoi ? Par quel biais ? La sélection par l’argent ? Doit-on tous revenir en arrière ?

Il est profondément injuste de dire aux pays émergents : non, vous ne pouvez pas suivre notre modèle, la planète n’y suffira pas. Et en même temps qui ne saute pas au plafond et fait des heures de queue pour avoir le plaisir de se lover dans du cachemire Uniqlo à pas cher, moi la première.

cachemires

Je n’ai pas la réponse à toutes ses questions. Si quelqu’un l’a en même temps, j’aimerais bien l’entendre. Alors je sais, ce blog parmi tant d’autres médias est un pousse à la consommation. Futilité, achats compulsifs comme anesthésiants d’une vie (trop) ordinaire. Mais je l’ai déjà dit, je suis contre les extrémismes en tout genre.

Je suis persuadée qu’on peut tous faire quelque chose, en commençant le réflexe par se concentrer sur ce qui nous demande le moins de sacrifices, le plus facile histoire de prendre le pli. Et se garder une petite bulle d’égoisme, de consommation coupable pour continuer à trouver la vie légère et agréable.

PS : au départ faut quand même que je vous dise que je voulais faire un billet comparatif sur les différents cachemires à bon prix du marché. Comparatif duquel les Uniqlo remportent la palme soit dit en passant, sur les Gap, Carrefour et même Zadig & Voltaire.
Allez savoir pourquoi, le souvenir de la mignonnette chèvre mongole a fait déraper mes pensées…

PPS : yep, pas trop youpala boum boum pouet aujourd’hui, hein. Restes de pharyngites.

PPPS : c’est con hein. Vu le fond de commerce de ce blog, limite si je me tire pas une balle dans le pied.

PPPPS : demain j’arrête les conneries et on achète toutes des cuissardes !

39 commentaire pour “De la démocratisation du cachemire…

  1. Juste une question qui me tarode au passage… ourquoi les pays « émergents » devraient suivre ntre modèle ? en quoi notre modèle est à suivre ? … ce qui convient à certains ne convient pas à d’autres, et le modèle occidental de consommation n’est pas forcément exemple .
    Sur ce, je redeviens légère… alors les Uniqlo ? les meilleurs ? et au lavage ? et la bouloche ? je crois qu’il faut vraiment un comparatif…
    ;o)

  2. Ton post me fait bien réfléchir en ce lundi… Je n’ai pas vraiment de réponse à ces questions mais je pense que la sélection par l’argent est toujours très présente. Même si certains luxes semblent se démocratiser, le vrai luxe reste réservé à une minorité (je ne pense pas que Carrefour ou Uniqlo vendent du 100% pur cachemire 5 fils…)..

  3. Je pense effectivement que les pays émergents peuvent suivre un autre modèle que le nôtre, un modèle de développement qui favorise la protection de la planète (c’est d’ailleurs ce que préconise Yann Artus Bertrand dans son film).
    Quant à la consommation et au fait que tout le monde puisse avoir accès au luxe, je pense quand même que notre société est en mode surconsommation depuis de trop nombreuses années. Quand je vois qu’on en est aux collections intermédiaires de mode pour toujours aller plus vite que la tendance, je me pose des questions (même la redoute nous sort un catalogue intermédiaire d’hiver, je trouve ça fou ! ).
    Bref, on ne résoudra pas la faim dans le monde, mais se poser des questions sur notre consommation frénétique (dans tous les domaines) permet d’avancer quand même.

  4. ah et si on achète moins mais mieux, on peut peut-être se payer un cachemire de meilleure qualité de temps en temps (je parle bien sûr des budgets « normaux » ).

  5. Hello Walinette,

    Je suis allée tâter du cachemire Uniqlo ce weekend et certes, il n’est pas cher comparé aux autres, mais question douceur, j’ai trouvé qu’il pouvait mieux faire.

    Bien sûr, je ne l’ai pas porté ni encore moins lavé, donc j’ai hâte que tu nous fasses un comparatif.

    Mince alors! mieux que les Zadig et Voltaire?! Ce n’est pas la 1ère fois que j’entends ça et je trouve ça quand même hallucinant qu’ils continuent de pratiquer de tels tarifs alors que la qualité est loin d’être au rendez-vous, apparemment.

    Merci pour ton article, en tout cas. Je n’ai pas vu le reportage d’Envoyé Spécial, mais maintenant, je refléchirai à deux fois avant d’acheter du cachemire.

  6. @ Kabotine et lillibulle : pourquoi les pays émergents ne pourraient-ils pas suivre un autre exemple que le nôtre ?
    Et bien je pense qu’il est déjà trop tard. Ils sont envahis de la culture occidentale : les pubs, les films, la musique, même les magazines vantent les peaux claires / types occidentaux. Tout cela les a convaincu depuis longtemps que c’était le but à atteindre. Le shopping, le confort, ça fait envie à tout le monde. Allez leur expliquer maintenant que oui c’est génial, mais il n’y a que nous qui en avons le droit…

    @ Vendredi13 : on est d’accord qu’on ne va pas se mettreà acheter un cachemire Hermes en masse. Mais le pb dans le cas du cachemire est que ce qui était au départ une petite production chère est devenue ue production de masse sous la pression de la demande occidentale et que le résultat est la désertification de toute une région. Car il est inacceptable pour notre société que certains nantis seulement puissent avoir accès à ce type de produit

    @ lilibulle : je suis d’accord. Et si tu regardes peu de temps en arrière, se vêtir coûtait bcp plus cher mais durait bcp plus longtemps. Après reste à voir si on est assez forte pour résister aux sirènes du marketing

    @ Eglantine & Abstand : ben ils résistent mieux au lavage et boulochent moins

  7. En tout cas c’est le Bompard qui s’est tiré une balle dans le pied !! soit-disant la rolls des cachemires à des prix indécents…et bien au moins je pensais que c’était de la fabrication française, naive que je suis, il nous doit bien ça le Monsieur…et bien non, du 100% chinois, avec une main d’oeuvre payée au lance-pierre et des pulls qui lui reviennent pour peanut et qu’il nous fait payer un rein en france…quelle honte !! il ne sait même pas le montant du salaire de « ses » ouvrières…pff no comment, ça me dégoute…c’est sûr qu’avec ce reportage, il ne me verra pas mettre un orteil chez lui le Bompard et j’espère que je ne serai pas la seule dans ce cas…

  8. Il y aussi un beau pays d’Amérique du Sud vidé de ses indiens d’origine et qui fourni maintenant une grande partie de la viande mondiale, des terres d’Afrique qui ne nourrissent plus leurs peuples mais fournissent les surgelés Carrefour, et on n’a même pas commencé à parler du café, du thé… méchant capitalisme !

    Malheureusement, malgré les nombreux efforts du 20e siècle pour fournir des modèles économiques plus justes et qui ont tous fini en dictatures frénétiques, on n’a pas encore trouvé mieux.

    L’homme est un animal égoïste, qui aimerait que son voisin fasse des efforts… Reste l’espoir qu’internet et la globalisation en général permettent au péquin moyen que nous sommes de prendre conscience des problèmes écologiques et environnementaux et que ça changera, pour la génération du Clairon peut-être ?

    Note futile : tu es définitivement mon Gourou Uniqlo :)
    (alors, ça passe en machine ou pas les cachemires ?)

  9. Pas de cachemire dans mon armoire, pour la bonne et simple raison que mes pulls, je me les tricote.

    Alors le cachemire, bon c’est doux mais c’est un peu cher. Surtout que je privilégie tout de même les marques françaises (vi, vi) quand j’achète mes pelotons.

    Donc j’ai du bambou, du lin, de la laine, de l’alpaga, des fibres recyclées… Mais pas de cachemire.

    Après je suis bien consciente que tout le monde ne peut pas se tricoter ses pulls (ça revient beaucoup plus cher que de les acheter par exemple, et puis ça prend du temps mine de rien), mais c’est ma petite contribution perso: en avoir moins, privilégier le local tout en me faisant plaisir.

    Et pour finir, je ne vois pas en quoi les pays émergents devraient suivre notre modèle. Ca me fait penser à un de tes récents articles sur la mode lors qu’on était adolescent: vouloir appartenir au groupe et porter les marques « in ».

    Finalement c’est ça que font les pays: une course pour être à la mode et par là même s’en sortir.

    Ce qui est bien triste quand on y pense, puisque ça les fait avancer dans un moule certes, mais perdre leur identité…

    Ouh là mon neurone est en surchauffe, je vais aller travailler :-)

  10. Comme gazelle26, présenter Bompard comme le Pape du cachemire « accessible », j’ai cru m’étrangler en entendant ca…
    Le prix moyen chez eux, c’est 250 euros le pull !!!!
    Et en plus, c’est du « Made in China ».
    Risque pas moi non plus que je m’en achète un…
    Par contre, dans la liste des « pas trop chers », moi j’en ai deux de la marque Jodhpur distribuée pas le Galeries Lafayette (89 euros le pull) et niveau douceur, ils sont top.
    Par contre, ca bouloche un peu sous le bras, c’est vrai..

  11. Merci pour cet article très intéressant. Pour ma part, j’ai un avis bien tranché sur la question (un peu naïf cependant). Je ne pense pas que l’on puisse forcer les gens à se limiter et les industries à ne pas pousser vers la démocratisation des produits de confort. La seule chose que l’on puisse vraiment changer c’est notre propre façon d’agir, je prends des bains sans vergogne parce que je suis inconsciente et que personne n’est parfait mais je ne prend plus l’avion si c’est possible, je trie, je ne mange pas de viande, je fais attention à mes produits d’entretien (et je ne porte pas de cachemire)…
    Je ne pense pas qu’on puisse faire changer les mentalités par des obligations mais le fait que les gens soit de plus en plus nombreux à penser à leur impact écologique avant d’agir fait boule de neige, non?

  12. Bonjour Walinette.. Alors je te rassure mais pour ma part ton blog n’est en rien un « pousse à la conso », je n’ai malheureusement pas besoin de ça ;-))… Concernant le cachemire, ben je suis ravie qu’il y est du bon marché car 400€ dans un cachemire, je n’ai pas encore franchi le pas! Cette année j’en ai acheté un à Auchan à 50€ donc je vais voir la durabilité en comparaison à ceux des galeries lafayettes à 89€ (qui rétrécissent, celui d’Etam ou celui de monoprix à 120€ (mais là j’en suis contente, ne peluche pas, ne bouge pas depuis l’année dernière…) Bonne journée et merci d’être là!

  13. Je ne pense pas que tu te tires une balle dans le pied, mais simplement que tu montres que tu n’es pas qu’une modeuse plus ou moins futile et superficielle, et que tu en as dans le ciboulot !

    Je n’ai pas de réponse à ta question, parce qu’effectivement, on a voulu imposer un modèle dont on ne voyait que les avantages, avant de se rendre compte des inconvénients.
    Concernant la consommation, j’essaie de consommer moins mais mieux, d’arrêter d’acheter tout un tas de babioles qui ne serviront pas longtemps pour investir dans de la meilleure qualité. Et puis, ma maman m’a appris à coudre ce week-end, comme ça je pourrai me faire quelques vêtements, à ma taille, qui devraient durer assez longtemps, donc qui me permettront de réduire ma consommation de fringues en tous genres 😉 ( A-E, fière de son geste ^^ )

  14. J’ai vu également ce reportage, et pas de réponses non plus, si ce n’est que je ne suis pas mécontente de me laisser de plus en plus entraîner dans la décroissance.
    En France, je boycottais tout ce qui vient de Chine ou de pays ne garantissant pas qu’un enfant n’avait pas mis ses petites mains sur l’ouvrage.
    ici, à Dakar, c’est impossible, tout vient de Chine !

    (et évidemment aucun cachemire dans ma penderie, ce qui par 37° me semble pas très utile ;)))

  15. Je comprend trés bien ce que tu dis Walinette, et je suis d’accord:on ne peut demander aux pays émergents de se priver de ce qu’ils nous envient depuis tant d’années
    leur dire non pr vous c’est fini, nous , les occidentaux, nous avons dilapidé toutes les richesses de la planéte…
    J’essaye quant à moi de mieux consommer, moins et plus durable
    je n’achéte plus d’objets venant de chine ou autres pays identiques, mais c’est difficile car ce n’est pas toujours indiqué de façon claire sur les étiquettes et les circuits de fabrication sont bien complexes et opaques
    je dis bien « j’essaye » car on a tous ses contradictions et je succombe de temps en temps ,
    je suis aussi d’accord avec toi qu’il faut un juste équilibre ds notre comportement , ne pas passer d’un extréme à l’autre mais réflechir
    bises

  16. ça y est j’ai passé le cap du cashmere avec Uniqlo ! j’aime beaucoup, j’adore même, cependant le lavage à la main ça va vite me gonfler, surtout que mon homme a acheté 3 pulls chez eux…

  17. Je pense que tu ne tires pas une balle dans le pied, mais qu’au contraire, tu montres que tu es consciente du paradoxe de la situation : acheter, ou ne pas acheter ?

    Je savais depuis quelques temps que Bompard était 100% chinois, c’est pour cela que je n’achèterai plus jamais rien chez eux (et je pense que c’est plutôt Bompard qui s’est tiré une balle dans le pied en participant au reportage, d’après ce que tu racontes). J’ai retenu une autre boutique, plus artisanale apparemment (Hermine de Pashmina, et j’aimerais un pull de chez eux pour l’hiver).

    Les quelques réponses sur l’impossibilité des pays émergents à imiter le mode de vie occidental ont déjà été données, il est vrai que ces pays cherchent à nous imiter (le dernier Marie-Claire avait un article très intéressant sur la volonté des riches Indiens à s’habiller à l’européenne), mais ce serait plutôt à nous, occidentaux, de leur montrer qu’il vaut mieux qu’ils gardent une bonne partie de leurs traditions (pas toutes, évidement), afin que tout le monde puisse survivre sur la planète. Car tu as raison, nous sommes trop nombreux sur Terre, et c’est bien pour ça que l’adoption me tente beaucoup.

  18. justement, quand je dis que les pays émergents ne doivent pas forcément nous imiter, ça n’est pas pour qu’ils aient moins, mais mieux que notre modèle. Notre modèle est en train de faire mourir la planète et même si certains changent un peu leur mode de vie (et pas question d’aller vivre dans une yourte au milieu de la nature pour ça), ça reste encore insuffisant.
    Très franchement, quand je vois nos préoccupations d’occidentaux (et je me place dedans), je ne vois pas ce qu’il y a de remarquable et à suivre là dedans !
    Maintenant, le faire comprendre aux autres, c’est une toute autre chose …

  19. c’est marrant car j’ai fait un article sur mon bébé blog(soyez indulgente) sur deux site de vpc vendant du cachemire et bcp plus abordable.(j’ai pas uniqlo!!!)

  20. J’ai entendu parler de ce reportage dans envoyé spécial, mais je ne l’ai pas vu.
    C’est une question complexe, entre individualisme, développement…
    Mais je n’ai rien de mieux à ajouter que ce qui a déjà été dit, et bien dit, dans ton article et les commentaires !

  21. Je trouve au contraire que tu ne fais pas de mal à ton fonds de commerce quand tu écris ça, tu es juste consciente de certaines choses que tu consommes. Et c’est pour beaucoup pareil: on achète telle chose « made in China » parce que ça nous plaît trop et que ce n’est pas cher tout en sachant qu’on approuve ainsi la disparition de l’industrie textile en France. Ce qui n’est pas non plus un acte sans conséquence avec le chomage et les problèmes sociaux derrière. L’impact sur l’environnement est un autre des problèmes de la surconsommation et de la mondialisation de la production.
    Et de cette mondialisation, naît l’envie des autres. Le modèle occidental est partout, imprègne tout et les premiers à critiquer des pays comme les Etats-Unis par exemple envoient leurs enfants y vivre et y étudier (parmi de nombreux dirigeants « alter » ou anti-Etats-Unis).
    Malheureusement je suis assez pessimiste car je pense que même si nos quelques résolutions de mieux consommer apporte une goutte d’eau, le changement viendra des dirigeants et des gens aux manettes de ce monde en quelque sorte absurde qui ne vise que le profit…A part le boycott de masse (il y aurait peut-être quelque chose à faire via facebook ou des assoc pour créer des mouvements de grandes ampleurs) qui est assez irréalisable, on n’a pas trop le choix.
    Alors, autant faire ce qu’on peut déjà!

  22. C’est sûr que Bompard est apparu antipathique avec cet appât du gain à grande échelle ! Il pourrait donner plus aux petits producteurs et ils auraient moins envie d’une production en grande masse et cela pourrait profiTer à plus (l’agiculture à petite échelle et pour les bonheurs de tous). Mais le monde c’est un Bompard de part et d’autre d’un continent. c’est UN Bompard mais en face de lui le même type d’individu
    , dans la même logique de l’appât du gain. Un individu ne peut pas gagner ; il lui faut un complice. Oui je vais bien rassures-toi ! Il m’arrive de philosoher de temps en temps !

  23. En fait, il faudrait peut-être envisager de se contenter de consommer et non de surconsommer. Si on a tous un portable, un cachemire, l’eau courante et qu’on ne se déchaîne pas pour avoir tout en 8000 exemplaires, ça peut fonctionner le partage des richesses, non ?
    Je me sens soudain très très mal placé pour suggérer la conso raisonnée …

  24. Bonjour,
    Premier commentaire sur ce blog, que je suis régulièrement.
    Pour répondre aux questions de l article, je dirais que a la limite, l ideal ca serait que plus personne n achete de cachemire, la planete s en porterait mieux et les biquettes aussi ^^
    Mais voila, c est pas possible. Changer les habitudes de consommation c est dur, la selection par l argent, c est moche et discriminatoire et penser interdire le cachemire, c est juste de l utopie.
    Donc, on tourne en rond et mon commentaire n apporte pas plus de reponses, juste une opinion, la mienne ^^

  25. Salut
    Ca faisait longtemps
    Pour la question, le problème, c’est qu’on peut tendre tous vers un niveau acceptable (c’est à dire les occidentaux réduire la voilure et les pays pauvres se développer jusqu’à ce niveau), mais ça suppose
    – qu’on sache à peu prêt établir ce niveau. Or c’est très compliqué, surtout que c’est évolutif (les quantités de ressources disponibles dépendent de leur rareté, c’est à dire que moins elles sont faciles à obtenir, plus on va accepter de dépenser pour les obtenir, donc plus on va pouvoir les obtenir. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui on est prêt à exploiter des sables bitumineux au Canada par exemple. Du coup qui serait compétent pour établir ce niveau, selon quels critères, quel rythme de réévaluation, etc ?
    – qu’on accepte (nous pays riches) de partager le gâteau. Et là, ben comment dire, ça va bien à l’encontre du principe de base de tout bon citoyen modèle : plus j’en ai, plus je suis heureux, surtout si celui d’à côté ne peut pas avoir ce que j’ai. Le principe des marques est un bon témoignage de ce comportement, vous raffolez de la rareté, les termes « exclusif », « série limitée », « privé », etc. sont des valeurs, parfois même bien plus considérées que la question esthétique.

    La difficulté, c’est que gérer un espace limité est contradictoire avec la libre entreprise, surtout avec la notion de croissance (croissance physique en tout cas), et que l’on s’est attaché à notre surconsommation de matières, en sachant pertinemment que notre mode de vie est basé sur la misère et l’esclavage de toute une frange de l’humanité (plus de la moitié de la population). Le problème de l’équilibre ne va pas sans une sérieuse remise en cause de notre mépris pour nos congénères. Des candidates à la remise en question ?

  26. Je pense très sincèrement que loin de te desservir, ce type de billet ne peut que trouver une résonance chez la plupart d’entre nous: à lire les commentaires, nous sommes nombreuses à avoir notre conscience malmenée au fil de nos achats. Je n’ai pas vu ce reportage, j’en avais juste entendu parler. J’ai été très surprise, j’étais sincèrement persuadée que les cachemires de Bompard étaient tricotés en France. La seule solution qui pourrait être trouvée, c’est effectivement d’acheter des pelotes de laine en local, et de tricoter soi même.

  27. Moi je trouve justement cette note très à propos au vu de ton blog. ça replace les choses, et ça rappelle que même si tu consommes, tu as une certaine conscience citoyenne comme on dit.

    Maintenant entre une surenchère de la consommation et une consommation type décroissance, il y a un juste milieu à trouver.
    Et encore une fois, le pouvoir du citoyen, c’est aussi son caddie, mais sans action concréte et globale des gouvernements, ça va etre compliqué de faire bouger les choses (je dis pas qu’il faut rien faire, au contraire, mais si on est tout seul, ça fait un peu don quichotte contre les moulins)…

  28. C’est vraiment intéressant et en parler, c’est déjà en prendre conscience.
    Nos actes et nos achats sont « politiques » dans la mesure où cela entraîne des conséquences pour l’économie et le développment ici ou dans d’autres parties du monde.
    Je ne crois pas qu’il faille exiger quoi que ce soit pour le moment des pays émergeants qui souhaient consommer plus, c’est aux pays occidentaux de faire des efforts chez eux pour le moment d’essayer de ramener les choses à un niveau acceptable
    Je n’ai aucune solution à proposer quant à la consommation, je regarde les étiquettes, mais ça ne m’empêche pas d’acheter lorsque je suis très tentée…
    Très personnellement, on apprend juste pour le moment à nos enfants à ne pas trop dépendre de la voiture, on ne les conduit pas à droite ou à gauche, ils marchent ou prennent le bus. On favorise au maximum le covoiturage pour nous et pour eux quand la voiture est indispensable et sinon, on prend très souvent le train. Voilà notre toute petite contribution

  29. ça me fait penser aux gens qui ont des lapins et qui du coup n’arrivent plus à en manger.. ok le rapport peut être lointain mais quand même.. 😉

  30. Question de fond qui me rappelle celle des pashminas. Reste que le cachemire, ce que c’est confort. Alors tu peux y aller de ton comparo, on n’est plus à une contradiction près et si je peux apporter ma pierre à l’édifice, je dirais que je suis très déçue de mon Zadig & Voltaire, tout bouloché et pourtant tant aimé.

  31. AU delà de toute considération sur le cachemire, il y a aussi des façons d’acheter « durable ». J’espère que ça ne sera pas mal pris, mais il y a le blog « The Uniform Project » (pour pas me faire engueuler de faire de la pub je ne mets pas de lien ^^), où Sheena, la demoiselle qui tient le blog, démontre tous les jours qu’il est possible de s’habiller créatif et entièrement vintage ou fait main, rien de neuf.

    Mais comme tu le dis, je suis d’accord avec le fait qu’on peut difficilement interdire aux pays émergents de suivre notre exemple, malheureusement. Comment leur expliquer que notre modèle, celui pour lequel on les a fait travailler pour pas un sou, ils ne devraient pas le suivre? J’ai lu que même certains jeunes au tibet ne rêvaient que de s’acheter des baskets de marque…

    Tout ce qu’on peut faire c’est espérer que la prise de conscience environnementale et sociale chez eux sera aussi rapide que leur croissance, c’est-à-dire plus rapide que chez nous!

  32. hello ! 1er commentaire,
    sur envoyé spécial et la désertification de la Mongolie intérieure, ce n’est pas dû que à l’exploitation du cashemire, cela avit commencé bien avant.A ce propos, il faut lire Le totem du loup, de Jiang Rong, un livre très attachant, écologiste avant l’heure, qui raconte les souvenirs d’un homme envoyé en Mongolie intérieure pendant la révolution culturelle et la marche vers la destruction de la steppe.C’est même un succès d’édition en Chine.
    http://www.letotemduloup.fr/interview.html

  33. Ton post rejoint une de mes préoccupations du moment, et je pense que nous sommes pas mal à la partager : comment choisir ses vêtements de manière la plus éthique possible ?

    Je ne trouve pas ça évident du tout : une simple recherche internet renvoie à des sites spécialisés présentant des marques « inconnues » et disponibles par correspondance seulement. Pas le Pérou quoi !

    Comment faire son choix ?

    Une autre question par exemple : est-ce que ça vaut le coup, toujours d’un point de vue éthique, d’investir dans des marques un peu chères ? Il y a peu, j’ai fait l’acquisition d’un magnifique gilet en cashmere Claudie Pierlot. Eh bien, en voyant a posteriori qu’il n’y avait pas d’étiquette précisant le lieu de fabrication, je dois dire que j’ai légèrement fait la gueule… Claudie Pierlot serait-elle aussi une marque made in China ? Est-ce un peu genre Bompard ? Bon, ce n’est pas une supposition, aucune idée, je n’en sais rien, mais j’aimerais bien savoir…

    Si tu en avais le temps et le courage, je trouve que ça serait un super sujet d’investigation. Appeler les marques pour leur demander plus de précisions sur la fabrication de différents produits et en rendre compte au fur et à mesure.

    Maintenant, j’imagine que ce n’est pas évident et qu’il n’est pas certain que toute les marques soient très réceptives à ce genre de démarche…

    Enfin bon, en tant que consommatrice, je rêverais d’un truc comme ça ! Mais tu as peut-être d’autres chats à fouetter !
    Bravo pour ton blog en tout cas que je lis assidument, mais que je n’avais jamais commenté !

  34. bonjour à vous,

    j’ai un site de vente d’écharpes et de plaids en cachemire
    et je voulais donné quelques explications à ce sujet
    http://www.plaid-cachemire.com

    le prix du cachemire ne fait pas forcément la qualité,
    sans parler des tricheurs qui vous vendent du 100% cachemire alors que cela n’en est pas, bien que le produit peut être très bien tissé…

    avant d’acheter quoi que se soit en cachemire, comparer les prix bien sur mais il faut surtout regarder le poids de l’article, c’est cela qui est important, le cachemire se vends au poids, cela détermine la chaleur et le toucher d’un bon cachemire, un vendeur de cachemire de qualité vous donnera toujours le poids de son produit.

    Cette émission m’a un peu déprimé, par rapport aux poussières, dans ce reportage, ils ont vraiment poussé le truc à l’extrême, les chèvres à côté des usines…il y a plein de coin en mongolie intérieure ou c’est quand même plus vert et plus paisible, le travail de l’élevage de chèvres permet depuis une trentaine d’années de vivre plutôt bien pour ces gens qui vivent dans les plaines reculées de Mongolie intérieure, et pour revenir sur « la chine », le cachemire produit en Mongolie est de très bonne qualité (la laine) car les animaux vivent dans leurs conditions d’origine avec des pointes à -40°c c’est ce qui fait que le cachemire est très fin.

    Je vends des plaids et des écharpes en cachemire à des prix très corrects ( pas d’intermédiaire et vente en ligne ou a des professionnels ) une très bonne qualité de cachemire, et un tissage serré et franges roulées à la main (j’ai le même fournisseur qu’une grande marque de luxe française depuis plus de 20 ans mais ne peux communiquer dessus).

    Une chose est sur le jour ou vous vous envelopperez dans un plaid ou une écharpe en cachemire vous ne porterez plus de laine…

    http://www.plaid-cachemire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *