La mode islandaise : Steinunn & Orr

Là nous allons sur le un peu plus pointu. Toujours dans le Fishpacking District : STEINUNN, c’est la marque de Steinunn Sigurdardotir (la fille de Sigurdar, si vous avez bien suivi, dotir ça veut dire fille en islandais, bref), styliste qui a travaillé pour Ralph Lauren, Calvin Klein, Gucci, etc.. (et qui a dessiné aussi les uniformes des employés de chez Icelandair, en passant).

Lire la suite

La mode islandaise : Farmers Market

Avant de vous faire la petite récap shopping qui va bien, avec les adresses, conseils et tout et tout. Je voulais vous présenter quelques designers du cru, puisqu’il nous a été donné de les rencontrer lors de notre matinée à Reykjavik.

Pour commencer nous nous sommes rendus dans la zone portuaire où certains entrepôts sont reconvertis en showrooms, sorte de MeatPacking District, pour dévouvrir Farmers Market, ce qui il me semble est la marque islandaise la plus connue (elle existe depuis 2005). Lire la suite

who’s Next ? TheOddyssee

Je continue petit à petit de vous faire découvrir mes coups de coeur lors des salons parisiens du début septembre.
Aujourd’hui une touche d’exotisme avec THEODDYSSEE, toute jeune (enfin… créée en 2003 tout de même) marque thailandaise. Enfin, franco-thailandaise pour être exacte.
Attirée sur leur stand par une blouse à petits motifs type « panneaux de route américaine » (vous savez, Route 66 genre) et une petite robe en soie, j’ai pu papoter quelque peu avec Romain, la partie « franco ».

La marque est donc présente en Asie et a un concept store à Bangkok. Mix de street/casual et d’art, elle propose (et c’est là que ça m’intéresse..) des modèles plus romantiques, mais avec un twist. Genre la petite robe en soie, elle a des motifs « jeu de flipper », pastels certes, mais tout de même.

Trève de bla-bla, voici quelques modèles de la collection

La bonne nouvelle ? C’est qu’en s’associant avec deux autres créateurs thais PainKiller et Tube Galery, TheOddyssee va ouvrir une boutique à Paris !
Plus précisément au 22 rue des Quatre Vents, dans le 6ème, à côté du marché St Germain. Boutique regroupant art de vivre, meubles et vêtements.
Ouverture prévue pour le mois d’octobre, je vous en reparle dès que c’est officiel 😉
Une dernière chose (et d’importance tout de même, n’oublions pas que c’est la crise) une fourchette de prix : entre 45 et 250 euros.

Goodie Bag : allez, ne me dites pas que vous n’êtes pas au courant !
Alix, notre Cherry Blossom Girl nationale, a dessiné sa propre collection en partenariat avec l’Atelier de la Mode.
Romantisme et fluidité au programme avec des prix très raisonnables pour une série limitée.

Mon petit doigt me dit que la robe « Sophie » en laine et col en organza a déjà son petit succès.
Ne tardez pas, la collection est en vente sur le site de l’Atelier de la Mode jusqu’à vendredi seulement !

Un coup dans l’eau…

Parce qu’on ne peut pas gagner à tous les coups…

Parce que lundi et mardi j’étais de retour à Paris. J’en ai profité d’ailleurs pour voir Sex and The City, EN VO (vu que de VO dans mon coin = point), mais ce n’est pas l’objet de ce billet.
Non, le point de départ de cette note réside dans le fait suivant : ces trois derniers mois ma poitrine est passée allégremment de son 85C habituel et tout à fait confortable à un 95C qui est en train de tout exploser. Mes robes en l’occurence.
Yep, car si ma condition de femme enceinte de 3 bons mois ne se voit encore pas trop niveau de la ceinture, au niveau du giron c’est une autre paire de loches de manches.
Ayant une soirée habillée à la fin du mois, je me trouve donc un poil dépourvue. Ceci étant posé, au hasard de pérégrinations bloguesques, j’ai eu un coup de foudre pour une robe Vanessa Bruno portée par Alix lors de son interview par MissHello.
Subodorant un prix dissuasif tout de même, mais profitant d’une balade dans le Marais, je me suis rendue à la boutique rue vieille du Temple afin de voir ce qu’il en est.
430 euros.
Qu’il en est.
La boutique étant tout de même fort jolie, je monte à l’étage en continuant de tout examiner. Là 4 clientes font des essayages, les bras chargées de robes. J’en repère 2 ou 3, donc la fameuse robe longue à 430 que je voudrais essayer, des fois que je la retrouve en soldes. Marrant, il y a des points sur les étiquettes, genre jaune, vert, bleu. Et une liste. Avec des remises. Je commence à comprendre que j’ai dû atterrir sans le faire exprès dans des soldes privées.
Pas de carton demandé. Rien. Des vendeuses souriantes et serviables.
J’attends patiemment mon tour devant les cabines et finis par faire mes essayages. Autant vous le dire de suite, la fameuse robe ne va pas DU TOUT. Même en 38.
Par contre, une petite robette violet profond, plus courte est pas mal du tout.

Sachez que sur la mannequin ça ne rend rien. Le peu de poitrine est complètement écrasé. Par contre, en taille 2 et avec mes 95C tous neufs : nickel. La silhouette est bien équilibrée.
Je regarde l’étiquette : 260 euros et un point jaune. Je m’enquiers du prix : il y a moins 30% me répond-on avec un sourire. Hum. C’est la ligne principale. Cela fait à la louche du 180 euros. Je prends !
J’avise également ce petit top, en gris. Taille 2 également ce qui le rend un peu lâche.
Ce dernier est bleu (le point) et par conséquent à – 40%.
Il faut régler en bas qu’on me dit.
Soit.
Tout sourire donc je descend la CB à la main.
Sourire de la vendeuse, comptage, pliage.

« Vous avez votre carton ? »
« Ben non, quel carton ?? »

Cette bonne blague, une heure que je suis dans la boutique et qu’on ne me demande rien, et qu’on me donne tout naturellement les prix incluant la réduction.

« Si vous n’avez pas de carton cela ne va pas être possible, il s’agit d’une journée VIP »

Naaaan.
Restant courtoise et souriante, j’insiste tout de même un peu.
« Revenez demain, peut être qu’on pourra faire quelque chose » (en effet, les soldes « privées » mais pour plus de monde commencent aujourd’hui)
« Ah oui mais je n’habite pas Paris et mon train repart ce soir. »
« Je suis désolée »
Ben pas autant que moi…

Les boules
Nan, si si j’insiste : les boules. En plus des miches, j’ai les boules. La totale.

Parce que bon, je ne suis pas une cliente VIP, certe, mais je suis une cliente tout de même. Et la stratégie marketing qui implique de rendre ses clientes cruellement déçues/frustrées du fait d’une vente privée mal organisée les induisant en erreur : je ne comprends pas.
Ils n’auraient pas pu demander le carton AVANT ?
Je m’interroge actuellement sur la possibilité d’envoyer un courrier à leurs relations clients. Car si cela peut épargner ce genre d’expérience extrèmement désagréable à d’autres cela peut en valoir le coup….

PS : pour compenser ai acheté une robe à 10 euros dans une friperie…
PPS : Si si, jolie en plus. Mais pas pour une soirée en même temps :-/
PPPS : et pis ce matin j’ai retrouvé le top soldé chez Urban Outfitter, UN SEUL exemplaire. Gris Taille 2. Qui revient à peine à 6 euros de plus que le prix soldes privées avec les frais de port. Vous le croyez ça ? Y’a peut être quand même une justice..
PPPPS : Enfin c’est bien joli tout ça mais j’ai toujours pas de robe…

Petite Mendigote ou Sous le sable ?

Une jolie surprise pour une amatrice de vente en ligne comme moi (oui bon, pour une « provinciale » quoi….) c’est la boutique egerie-accessoires.com. Parce que bon, quand on a vécu 4 ans à l’étranger (et quand je dis étranger, ce n’est pas New York ou Londres on est d’accord, mais le trou du *bip* de la Chine) ou qu’on se retrouve coincée dans la maison des beaux-parents qui ne se trouvent non pas dans une ville de moins de 50 000 hbts, ou 20 000, ni même 2000 ou 400 mais dans un LIEU DIT. Et bien je prends toute possibilité nouvelle de faire du lèche vitrine comme une EXCELLENTE nouvelle.

Les pochettes Petite Mendigote, tout le monde connait, ou presque, mais perso je ne savais pas que American Retro avait une ligne d’accessoires. Vous l’aurez compris, Egerie c’est seulement et uniquement des sacs, pochettes, bijoux, ceintures et cie. Le parti pris : du frais, du girly, une navigation aisée. Les références ne sont pas encore exhaustives, mais un joli choix parmi les collections de ce printemps.

Cerise sur le gateau, les prix me semblent tout à fait raisonnables (9,90 euros pour les fameuses pochettes Petite Mendigote) et le code UNIQUE vous donne 10% de réduction sur votre commande hors promos.